Actu

ISS – L’Amérique regagne son indépendance grâce à SpaceX

Publicité

Après neuf ans de coopération avec la Russie et sa navette Soyouz, le premier vol habité réalisé à 100% par les américains s’est conclu par un succès. En effet, les quatre astronautes ont rejoint l’ISS (Station Spatiale Internationale) ce mardi vers 5h00 (heure de Paris).

SpaceX, une maitrise complète des voyages spatiaux

Ce lundi à 01h30 (heure de Paris), la fusée Falcon 9 de SpaceX a pris son envol de Cape Canaveral (Floride). Trois minutes plus tard, à 90km d’altitude, le premier étage s’est détaché et le reste de la fusée a continué son chemin à plus de 7000km/h. Une fois de plus, SpaceX a prouvé son expertise et a récupéré le premier étage de la fusée sur une plateforme flottante dans l’océan Atlantique. Enfin, après environ 27h de voyage, la capsule Dragon s’est arrimée à l’ISS. Les quatre astronautes ont ainsi pu rejoindre les trois membres d’équipages déjà présents sur la station.

Un accueil chaleureux dans la station

Michael Hopkins, Victor Glover, Shannon Walker, Soichi Noguchi et Maître Yoda ont été chaleureusement accueillis. En cette période de Covid, seuls les résidents de l’espace sont dispensés des distanciations sociales.

Accueil des quatre astronautes dans l’ISS

Publicité

Plus on est de fous plus on rit !

Pour la première fois dans l’histoire de l’ISS, il y aura sept membres d’équipages pour une mission de longue durée. Cependant, il y a seulement six couchettes à bord. Michael Hopkins qui dirige la mission devra donc dormir dehors. En effet, historiquement dans les missions spatiales le capitaine dormait dans le cockpit. L’américain dormira donc dans la capsule Dragon avec laquelle il est venu.

Une indépendance technologique longuement attendue

Depuis l’accident de la navette spatiale Columbia le 1er février 2003, l’ensemble des trajets vers l’ISS a été assuré par le véhicule spatial russe Soyouz. Il aura donc fallu presque 9 ans aux américains pour certifier la capsule et ainsi regagner cette indépendance spatiale et technologique.

En ce qui concerne les relations avec la Russie, la Nasa ne compte pas tout arrêter pour autant. En effet, même si le plus grand pays du monde ne participera pas aux programmes américains (mini station et retour sur la lune), l’agence spatiale américaine a déjà proposé des échanges de sièges au gouvernement de Poutine. Mais les négociations entre la Nasa et Roskosmos (l’équivalent russe de la Nasa) ne sont pas des plus rapides. Cependant, des milliards de dollars manquent encore pour mener à bien le projet lunaire. Il se pourrait donc que Washington n’ait d’autre choix que de faire appel au soutien de son éternel rival dans la course à l’espace.

Publicité
Tags
Elon Musk espace futuriste iss spacex station spatiale internationale voyage

Maxime

Passionné de voyage, sport, science et de nouvelle technologie, je suis toujours à la recherche de nouvelles expériences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Bouton retour en haut de la page