Ratchet et Clank s’adapte sur grand écran en 2016

Il y a quelques jours j’ai pu découvrir en avant-première le film Ratchet et Clank dans sa version française. A ce titre, une fois sur place, des affiches du film décoraient le magnifique lieu du club 13, une salle de projection qui a un véritable amour pour le cinéma et où nous pouvons visionner le film dans des fauteuils en cuir ultra confortables. Sur ces affiches, avant même de ne découvrir le film, on y apprend que parmi les doublages on retrouvera Squeezie, Jhon Rachid, Nikos Aliagas et Kévin Tran du Rire Jaune. A première vue j’étais sceptique mais ce scepticisme a rapidement été effacé.

Avant toute chose, il apparaît important de préciser une chose : je connais de nom la licence Ratchet mais je n’y ai jamais joué, je n’ai jamais eu de Playstation. Je fais cette précision dès maintenant car dès que les réseaux sociaux ont appris que ces célébrités issues de Youtube faisaient les doublages, une vague de haters a déferlé avec plus ou moins de cohérence.
Ainsi donc après nous avoir présenté brièvement le projet et la licence, on nous lance le film. Ce qu’il faut savoir sur le film c’est qu’il est basé sur le jeu vidéo originel. Et que le jeu vidéo de 2016 est basé sur le film (qui est basé sur le jeu vidéo). Bon là comme ça ça fait très pompe à frics mais il n’en est rien.

Le film est visuellement magnifique et très bien dessiné. On y découvre l’aventure de Ratchet et Clank rejoignant les rangers galactiques. Ensemble ils vont devoir empêcher la destruction de l’univers et apprendre à travailler ensemble pour cela. Les égos de certains devront être gérés. Au final, vous vous en doutez le monde sera bel et bien sauvé.

Concernant les doublages, je n’ai rien contre eux. Squeezie est très performant dans sa prestation et on ne m’aurait pas dit qu’il est doubleur du héros, je ne m’en serais jamais rendu compte. Le clin d’œil de Nikos Aliagas, je suis moyennement convaincu ça fait très orientation jeunesse nourrie à la télé-réalité. Jhon Rachid je ne l’ai pas reconnu dans son interprétation. Enfin pour Kévin Tran c’est pas le best jeu d’acteur qu’il soit mais on a vu pire et son personnage est très dynamique donc ce n’est peut-être pas ce qu’il y a de plus simple à doubler.

Les joueurs du jeu regrettent que les doubleurs originels du jeu vidéo ne soient pas ceux du film. J’entends leurs complaintes et réponds avec la chose suivante : ils doublent toujours ceux du jeu vidéo.
En effet, le jeu basé sur le film contient des cinématiques et l’intrigue du film mais les doublages ont été refaits par les doubleurs originels.
En ce qui concerne le jeu, je pense que j’ai pu le tester de la meilleure manière qui soit : sur un écran de cinéma. Et oui messieurs dames, j’ai joué à Ratchet et Clank sur un écran de cinéma. Haters gonna hate.

Avantages et inconvénients de jouer sur un tel dispositif : c’est exceptionnel MAIS quand tu meurs en boucle c’est la honte en version king size. J’y ai joué pendant 45 minutes et après avoir buté sur un passage délicat j’ai quitté les prémices et passé la manette aux autres copains blogueurs et journalistes. De toute façon j’étais attendu ailleurs par la suite. Le jeu d’aventure qui y est présenté semble très prometteur et ce petit test m’a donné fortement envie de découvrir sa version complète.

On notera que dans le film certaines scènes avaient visuellement l’air de se dire « ça ça va faire un passage dans le jeu vidéo c’est sûr ».
Au final que ce soit le film comme le jeu vidéo, je vous les recommande chaudement.
Merci à Playstation pour l’invitation !

Guillaume Ghrenassia est blogueur, chroniqueur, pigiste pour plusieurs médias. Passionné par la musique, les séries, le jeu vidéo, le high tech, le crowdfunding, le luxe, la haute-couture, le web, la communication...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.