Téléphone portable GSM, erreur ou idée géniale ?

Au commencement était le fil : depuis le début, avec Graham Bell, l’information passe par le fil et remplace le télégraphe Chappe (technologie dont l’inconvénient majeur était de ne pas pouvoir fonctionner par mauvaise visibilité, nuit, etc.). Dès le début de la démocratisation du téléphone filaire qui a remplacé le télégraphe, il fallait être mis en relation avec un central et demander le numéro du correspondant et le nom de sa commune : ex le 22 à Asnières… Alors, la demoiselle du téléphone mettait les lignes en relation.

Quand les Américains ont libéré la Normandie en 1944, ils ont apporté une petite révolution avec le téléphone automatique pour relier leurs troupes, ainsi que le talkie-walkie pour des communications radio de courte distance… Les camionneurs l’ont vite utilisé avec la CB (Citizen Band) pour se transmettre des informations sur la route sur le canal 27…

En France il a fallu attendre 1975 pour voir apparaître le « beeper » pour les urgentistes (médecins, chirurgiens…) qui transmettait un message télétexte court et le Bi-Bop qui a fonctionné de 1991 à 1996 à condition d’être placé à proximité d’une zone d’appel repérée par signalétique.
Le système GSM (Global System for Mobile Communications (GSM) (historiquement « Groupe spécial mobile »1) ) de France Telecom avec Radiocom 2000 a sonné le glas de ces technologies en augmentant la portée de réception et amenant la communication vocale…

an historic telephone exchange with two rows of service desks 1893 from the book "De Electriciteit" by P. van Capelle from 1893 Kreuger scanned this picture in october 2007 antique book

an historic telephone exchange with two rows of service desks
1893
from the book « De Electriciteit » by P. van Capelle from 1893
Kreuger scanned this picture in october 2007
antique book

La fin du monopole de France Télécom en 2001 et la miniaturisation des composants électroniques ont permis l’évolution du téléphone portable vers le smartphone (Terminal intelligent composé d’un téléphone portable doublé d’un ordinateur de poche).
La démocratisation récente a permis la multiplication des territoires pris en charge par les relais terrestres des opérateurs et créé une nouvelle voie dans laquelle il y a en France plus de smartphones que d’habitants.

Il reste cependant plusieurs limites au smartphone basé sur le système GSM :
– Les zones blanches dues aux limites des relais terrestres.
– Le DAS (L’indice de débit d’absorption spécifique des terminaux qui indique la quantité d’énergie véhiculée par les ondes radiofréquences reçues par l’usager) et l’inquiétude grandissante de la population sur les dangers que véhiculeraient les ondes électromagnétiques.
– La faible autonomie des batteries
– La fragilité des smartphones et la pollution qu’ils génèrent par leur taux de renouvellement…

Il est permis aujourd’hui de s’interroger sur l’avenir du téléphone portable et son mariage à plus ou moins long terme avec le système du téléphone par satellite : le nombre important de satellites géo-stationnaires qui ont des canaux inutilisés est très important… Le GSM est peut être resté trop longtemps accroché à une technologie de niche qui a fait la fortune des opérateurs historiques.

Le coût utilisateur du téléphone par satellite qui est aujourd’hui très élevé car vendu en petite quantité à une élite financière, serait certainement beaucoup plus réduit en utilisant l’effet d’échelle au niveau mondial avec des prix plus accessibles dès lors que les volumes à gérer sont plus importants pour les opérateurs dédiés à cette technologie.
La Chine qui a récupéré le marché mondial des panneaux photovoltaïques est peut être à l’affût pour cette technologie de l’avenir : son marché intérieur, la Russie, le territoire indien, l’Afrique, l’Océanie et peut-être le marché mondial ne peuvent qu’être rentables…

A moins que le projet des voitures automobiles autonomes qui cherche un marché global et risque de bouleverser l’environnement de transports n’accélère ce processus…
Avoir dans quelques années un smartphone relié par satellite dans notre poche : un rêve ? (Quel visionnaire aurait pu envisager le smartphone d’aujourd’hui dans les années 1980 ?)

Et pourquoi pas ? Le GSM avec ses relais terrestres n’aurait été, alors, qu’une erreur de parcours dans l’évolution d’une technologie

Rédacteur qui n'est plus présent sur le site depuis un certains temps, son compte a donc été supprimé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *