[TEST] Arslan : The Warriors of Legend – le Muso romanesque

Depuis plusieurs années maintenant, Dynasty Warriors inspire de nombreux développeurs, au point qu’un nouveau type de jeu vidéo a vu le jour : le Musô, d’abord appelé Dynasty Warriors-like. Mélangeant beat’em all, action et stratégie, le genre s’est décliné sous d’autres licences que celle de base : Samurai Warriors, Hyrule Warriors (the Legend of Zelda) ou encore plus récemment Dragon Quest Heroes. Peu connu en Occident, le manga Arslan a ses fans au pays du Soleil levant, il n’est donc pas surprenant de le voir décliné en jeu vidéo une nouvelle fois. C’est en revanche sa première percée dans le petit monde du Musô. Après plusieurs heures de jeu, Arslan : the Warriors of Legend parvient-il à se démarquer de ses concurrents?

Le jeu part déjà avec un gros avantage : son background. Sans nul doute le point fort du titre, tant le scénario se révèle étoffé, voire même surprenant au fil des heures, porté vers la politique de guerre et où les trahisons sont monnaie courante. Là-dessus Warriors of Legend marque des points face à d’autres jeux de sa catégorie, on prend plaisir à suivre l’évolution du jeune Arslan, créant des alliances, faisant face à ses incertitudes, son manque de confiance en lui, ce qui fait de lui un personnage assez attachant, bien plus que ses autres compagnons de route pourtant charismatiques.

Point de vue gameplay, nous sommes dans quelque chose d’assez classique. Il faut dire que la licence repose également sur de grandes batailles et des affrontements épiques, ce qui place d’emblée Arlsan parmi les licences facilement adaptables au genre Musô. Tout repose donc sur du massacre en masse d’ennemis, avec une carte à bien observer et des objectifs à atteindre. Dommage que le tout devienne un peu répétitif au fil des heures, même si il faut bien le dire cette impression semble inhérente au genre. Heureusement Warriors of Legend propose ses propres cartouches tel que le “Mardan Rush”, une puissante attaque où chaque personnage peut faire appel à plusieurs soldats, cavaliers ou archers pour faire de gros dégâts à l’armée adverse. C’est assez jouissif et ça participe au gigantisme des batailles.

Afficher l'image d'origine

Chacun des 15 personnages jouables dispose d’un gameplay qui lui est propre et peut alterner entre plusieurs armes, on y trouve entre autres Gieve et son luth, Narsus et son pinceau magique ou encore Farangis et son arc. Les Weapon Arts permettent également de modifier les statistiques des armes en leur conférant des pouvoirs liés aux éléments. Enfin, il vous sera possible de collectionner plus d’une centaine de cartes de personnages qui conféreront à vos héros des boosts de capacités d’attaque ou de défense.

Le jeu possède également ses combats de boss, et il risquent de faire grincer des dents. Manquant cruellement d’un système de lock à la Hyrule Warriors, les affrontements deviennent rapidement brouillons. C’est d’autant plus embêtant qu’il faudra, à l’image du Muso estampillé Zelda, briser la garde des puissants adversaires pour leur faire des dommages.

Côté technique, le rendu en cell-shading fait le job, rien de plus, et permet surtout de masquer certaines textures indignes de la nouvelle génération. L’aliasing n’est pas absent et le pop-up des ennemis à proximité de nos héros est assez fréquent. Artistiquement en revanche le design des héros est très réussi. Notons la présence du mode Libre permettant de rejouer les batailles du mode Histoire sans qu’un personnage nous soit imposé, mais aussi d’un mode coopération en ligne sympathique mais un peu désert.

Rédacteur qui n'est plus présent sur le site depuis un certains temps, son compte a donc été supprimé.

One Comment

  1. Mia Reply

    C’est un divertissement que j’ai vraiment souhaité me procurer, mais jusqu’ici je n’en ai pas eu l’occasion. Du coup, je pense que, comme je suis en congé en ce moment, je vais me lancer dans l’aventure et voir ce que ça donne. Ciao !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.