Nissan – Le QASHQAI Drive Edition inaugure la technologie ProPILOT

Nous avons été conviés à un événement spécial. Le lancement du nouveau QASHQAI Drive Edition avec la technologie Nissan ProPILOT intégrée. Pas facile à comprendre avec ce nom un peu long mais le principe est en réalité bien plus simple. Le Drive Edition comprend une fonction permettant de réduire les erreurs commises sur la route (en quelque sorte).

C’est à Paris, près de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle que nous avons retrouvé la team Nissan pour l’essai de leur bijou. Le QASHQAI nous a donc été introduit comme la pièce centrale de chez Nissan, un maître sur le marché automobile. Le crossover se décline donc ici dans une nouvelle version, une mise à jour plutôt.

QASHQAI ProPILOT Edition : L’avènement d’une nouvelle ère

Activable et désactivable grâce à un bouton situé sur le volant, c’est une fonctionnalité supplémentaire qui est encore peu habituelle. La technologie Nissan ProPILOT, compatible sur les routes à deux voies et autoroutes, comprend le régulateur de vitesse intelligent, l’aide au maintien dans la voie et l’arrêt et redémarrage automatique. Le régulateur intelligent permet de réguler la vitesse du véhicule de manière à moins consommer d’essence et moins se fatiguer sur les grandes routes comme sur les petites. Le système une fois enclenché nous permet de régler d’abord la vitesse du véhicule. Ce qui a pour effet d’accélérer tout seul, puis les caméras intégrées au véhicule prennent le relais pour le freinage. Notre vitesse étant adaptée à celle du véhicule situé devant nous, le QASHQAI freine automatiquement si le véhicule de devant freine.

Avec l’aide au maintien dans la voie c’est le niveau supérieur, pas d’autonomie au niveau des pédales cette fois-ci, c’est le volant qui prend le contrôle. Enfin pas exactement le contrôle… Pour faire simple quand les lignes sur la route sont clairement identifiées par le logiciel, les virages pourront être pris en compte et la voiture adoptera la courbe d’elle-même. Un peu difficile de laisser son véhicule tourner à sa place ! Mais il faut tout de même avoir les mains sur le volant sinon le QASHQAI s’arrêtera tout seul au bout de quelques secondes.

Dans les embouteillages, la vitesse gérée par le mode ProPILOT s’associe à la technologie “Start&Stop”. Cela permet donc d’éviter de consommer de l’essence lors de l’arrêt total ! Pour le réactiver, il suffit d’une courte pression sur la pédale d’accélérateur ou encore d’appuyer sur le bouton “Res”. Situé sur le volant, le bouton “Res” permet à la voiture de ré-accélérer d’elle même

Une technologie dans laquelle investir

Le véhicule que nous avons essayé est la seule version du Nissan QASHQAI équipée de la technologie ProPILOT. Il faudra tout de même compter aux alentours de 35 000 € pour ce QASHQAI Drive Edition… Un investissement qui s’avère agréable sur les routes, à voir s’il réussira à conquérir le cœur des français.

Test-drive : La conduite sous un autre jour

Nous avons pu conduire la voiture sur différentes routes et la soumettre à quelques difficultés. Mais la technologie ProPILOT est-elle assez aboutie pour permettre à son utilisateur d’en être vraiment satisfait ? Et bien cela dépend avant tout du type de route soumis au QASHQAI…

En évoluant sur de petites routes, on se rend compte que la technologie ne peut pas effectuer les modifications du volant. Quand il n’y a pas une ligne de chaque côté de la route ou encore sur les routes en travaux on se voit obligé d’oublier cette fonction.

Dans les habitudes de conduite françaises, la conduite autonome n’est pas encore de la partie. Ce n’est qu’une question de temps selon moi, et le QASHQAI est à la limite entre la voiture normale et l’autonome.

Pour conclure, je dirais que le ProPILOT est une réelle aide à la conduite et qu’à force de l’utiliser on en prend l’habitude. Pouvoir lâcher les pédales est également une aide utile, on se sent aidé par la voiture ! Et pas soumis à une autonomie imposée et difficile à contrôler. La consommation s’en fait ressentir également ! En effet moins de 5,5 litres aux 100 kilomètres, un véhicule économique et dessiné pour les longs comme les petits trajets. Elle gère aussi bien les embouteillages que les longues routes fluides. Le QASHQAI s’adapte donc à notre conduite avec cette technologie et nous offre une nouvelle vision de la route.

Cet article a été rédigé en partenariat avec Nissan.

Rédacteur (Spécialiste Audio) - Étudiant en dernière année de Bachelor Communication, passionné par la musique, les séries/films, les jeux vidéo et le hardware. Très souvent en déplacement sur Paris et en Europe pour Le Café du Geek.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.