Sécurité : Les drones civils sont désormais fichés

Si vous avez reçu un drone pour Noël, méfiez-vous avant d’effectuer le premier vol. En effet, depuis le 26 décembre, la législation a “évolué”, et il se pourrait bien que votre drone soit concerné…

Le résultat d’une loi sur les drones votée en 2016

La législation autour des drones a toujours été imprécise en France. En 2016, une loi a tenté de clarifier les choses et certaines directives viennent de s’appliquer. Ainsi, depuis le 26 décembre, tous les possesseurs d’engins de plus de 800 grammes sont tenus de les identifier sur une plateforme en ligne. Le site AlphaTango vous permettra d’identifier votre drone de manière gratuite. N’hésitez pas à le faire, comme le rappel ce tweet du Ministère de l’Intérieur, cet enregistrement est devenu obligatoire.

Un diplôme de pilotage de drone mis en place

En plus de l’enregistrement, les pilotes seront tenus de remplir un questionnaire à choix multiples. À l’image du code pour la conduite de véhicules, cela validera ou non leurs compétences à piloter le drone. Ils obtiendront par la même occasion un certificat. Des vidéos explicatives sont disponibles pour s’entraîner.

Drone : Questionnaire

Une volonté de sécurité et de respect de la vie privée

Ces règles viennent s’ajouter à celles déjà votées en 2016. On retiendra donc dans les grandes lignes l’interdiction de voler en agglomération et surtout l’interdiction de voler de nuit. Le vol de nuit est contraire à la directive qui impose de toujours garder son engin en visuel.

Ces nouvelles lois viennent donc limiter l’usage des fonctions comme “Follow” par exemple, où le drone vous suivait automatiquement…

Afin de savoir si vous n’êtes pas en infraction, il est recommandé de s’informer sur le site du gouvernement et sur la carte répertoriant les zones interdites au pilotage de drones.

Drone : Vol limité

Globalement l’usage d’un drone en France est de plus en plus limité. Même si rien n’empêche d’utiliser les engins dans certains lieux, il faut aujourd’hui faire très attention pour éviter toute sanction… Surtout avec des amendes pouvant s’élever jusqu’à 15000 euros et six mois d’emprisonnement…

Rédacteur (Spécialiste Sport Connecté) - Étudiant en Humanités Digitales, passionné de sport et de nouvelles technologies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.