Test – Switch – Monster Hunter Generations Ultimate, le bon chasseur

Avec Monster Hunter Generations Ultimate, (MHGU) en voilà un jeu dont le titre n’en finit pas. Or la licence de Monster Hunter est un succès phénoménal au Japon et un coup de jackpot pour Capcom. Alors comment s’en sort ce nouvel opus d’Action-RPG sur la console nomade qu’est la Switch. De plus, il est connu sous le nom Monster Hunter XX (aka double cross) sur l’archipel nippon un an avant l’Europe.

Awesome

Genèse de Monster Hunter Generations Ultimate

À l’origine, Monster Hunter est un jeu paru sur PS2 où le joueur guide un chasseur dans un environnement bucolique d’heroic-fantasy. Avec pour objectif de remplir des missions ou quêtes variées et différentes.  De plus, cette série est parue sur une quantité impressionnante de support de la PSP au PC sur 3 générations de consoles.

MHGU-précaution

Pour ceux qui sont des vieux de la vieille, le moteur repose sur celui de Phantasy Star Online, avec un gameplay identique et des contenus différents. Car l’espace et la fantasy, c’est un peu deux mondes qui s’opposent.

Au village

Vis ma vie de chasseur au quotidien

Ainsi, MHGU permet d’endosser le rôle de chasseur dans un monde où la survie, mais aussi la façon de prospérer repose sur votre force, ainsi que votre astuce. Car le personnage peut chasser d’un grand nombre de manières différentes. Pour vous en donner un petit aperçu, la chasse peut être de combattre et tuer un (ou des) monstre(s). Mais cela ne se limite pas à cela.

Un chasseur parmi d'autres

Questeurs, un métier dédié aux quêtes

Ainsi aux quêtes de chasses décrites dans le paragraphe précédent, s’ajoute un nombre conséquent de quêtes différentes.

Comme cela, le chasseur part dans les différentes zones pour retrouver et cueillir des champignons, herbes ou miel. Dans un autre style très proche, c’est la prospection et l’extraction de certains minerais, avec un indispensable : la pioche.

Escalade

En dernier ressort, il peut être demandé des quêtes de capture de monstres, ce qui n’est pas nécessairement plus facile que les tuer. Car piégé un monstre veut dire que le commanditaire le veut vivant, ce qui peut être mortel pour le chasseur.

Mort ou capture

Aux armes, et-cetera

Si Monster Hunter Generations Ultimate rayonne par son bestiaire, il n’est pas en reste au niveau du choix des armes. Or ces dernières sont pléthores avec des épées longues, à bouclier, lames doubles, etc. Pour les amoureux des arcs, lances ou marteaux, ils pourront en avoir. Bref, il y a de quoi faire et même plus avec des armes exotiques comme les lances-canons, la corne de chasse ou la volto-hache.

Une grande plaine

De l’amour dans un monde de brutes

Enfin, si l’univers se veut très combatif, il n’en reste pas moins très mignon par moment avec l’écran de chargement par exemple. Mais ce qui est le plus flagrant, c’est quand on s’attarde avec des PNJ ou des animaux.

Amitié naissante

Par exemple, si un Moofah, sorte de Lama, devient l’objet de vos caresses. Et bien, ce dernier vous le rendra de la plus belle manière en vous envoyant de petits cœurs. Même lors de votre sortie de cette interaction, il sautera de joie et vous montrera des marguerites. Plus Kawai, tu meurs !

Amour quand tu nous tiens

La chasse pour les nuls

Si on peut dire une chose sur ce jeu, c’est qu’il est livré sans notice. Or ce problème est compensé par le didacticiel, ce dernier se décompose en plein de petites quêtes faisant progresser les chasseurs novices. Ainsi, il existe plusieurs entraînements et la chasse pour les nuls est indispensable pour commencer à profiter du jeu. Dans ce didacticiel en sept parties, on survole une petite partie de ce qui fait Monster Hunter Generations Ultimate et surtout les différents styles de quêtes.

Les entrainements

Ainsi, on apprend à chasser et cuire sa nourriture dans la première leçon du chasseur. Avec la seconde, on mélange collecte et on mélange pour obtenir des méga-potions. Après c’est une leçon de cueillette, puis de pêche et enfin de transport. Avec tout cela, on a des heures de jeu plus importantes qu’un intérimaire.

pêche

Enfin, ces leçons se clôturent par une chasse d’un monstre plus coriace avec lequel il faut feinter ou de le capturer.

Une fois dans le game

Alors que dire du gameplay de Monster Hunter Generations Ultimate. Bien sûr, ce dernier est le résultat d’une longue recette bien rodée. Car il faut dire que tout tourne à la perfection, ce jeu est développé aux petits oignons, avec une foultitude de petites choses. Si les missions peuvent paraître répétitives, car on ne fait que chasser, la variété de la façon de les exécuter est rafraîchissante.

Camp de base

De plus, on n’est pas toujours obligé de tuer un monstre, on peut aussi se positionner sur du contournement des difficultés. Bien sûr, des fois l’objectif est bien de détruire le monstre, alors il faut bien se préparer et aller au combat.

Chef Berna donne les missions

Alors il y a le bon chasseur, le graphiste et le musicien …

Maintenant concernant le chasseur, il faut aussi parler des graphismes et des musiques. À propos des graphismes, aucun problème, ils sont tout simplement superbes et immerge totalement dans ce monde d’heroic-fantasy. Ainsi, faunes et flores sont en adéquation avec l’idée que l’on peut se faire d’un monde jurassique. Après, les arènes ou territoires sont souvent réutilisés, mais cela ne gâche en rien la (re-)découverte permanente des animaux, plantes ou minerais que l’on peut récolter.

Des herbivores, bonne viande

Au niveau des musiques, rien à redire, c’est aussi du grand art avec des ambiances qui collent parfaitement. Pour ma part, l’amusement me prend quand je me fais un petit BBQ. Ainsi la musique est entraînante, guillerette et surtout si l’on obtient son steak à point, c’est amusant et prêt à sourire. Bref, l’OST est tout simplement superbe.

Une durée de vie énorme

Maintenant que dire de plus sur Monster Hunter Generations Ultimate, rien, à part une durée de vie énorme comme jeu. Car comme cela ressort de ce test, on effleure le jeu avec ses didacticiels et l’on peut enfin se plonger dans les modes de jeu. Or il possède trois modes de jeu, qui sont copieux et vont occuper le joueur de nombreuses heures. Ainsi, MHGU est un grand jeu avec tout ce qu’il faut pour tenir en haleine le joueur avec des monstres ou des quêtes qu’il faudra refaire pour obtenir les objectifs secondaires ou tout simplement pour le plaisir.

Escalade

Conclusion

Pour conclure, MHGU est une bonne surprise, car s’il est un jeu un brin répétitif, il arrive à se renouveler en permanence par la profusion de ces découvertes. Ainsi, le bon chasseur qui sommeille en vous se réveille et c’est le moment où l’on se surprend à faire de la cueillette. Puis à enchainer avec la destruction de quelques herbivores pour obtenir de la viande.

Steak à point

Ensuite, c’est l’heure du barbecue pour avoir des steaks à point et obtenir plus de stamina. Alors, c’est la recherche d’un nouveau monstre qui va jouer à cache-cache ou nous poursuivre. Enfin, c’est l’attaquer de front en se faisant souvent tuer si on n’y prend pas garde. Ou c’est l’esquive et l’astuce qui vont triompher d’un monstre hors norme. Pour terminer, après une partie de MHGU, on a envie de continuer pour chasser encore et encore, car c’est au plaisir de la chasse que l’on goute.

des oeufs

Ce jeu est disponible pour Switch sur Amazon  au prix de 40,95 € (au lieu de 59,99 €)

promo
Monster Hunter Generations Ultimate
19 Commentaires

Monster Hunter Generations Ultimate

40.95
8.9

Scénario

7.0/10

Graphismes

9.5/10

Sons

9.5/10

(Re)-jouabilité

10.0/10

Ergonomie

8.5/10

Points positifs

  • Jeu ayant une grande durée de vie
  • Musiques superbes
  • Graphismes en HD
  • Le bestiaire phénoménal
  • Un didacticiel impressionnant
  • Des missions aux objectifs variées
  • La possibilité de combiner des objets
  • La chasse à presque tout

Points négatifs

  • La répétitivité des décors parfois

Rédacteur (Spécialiste Jeux-Vidéo) - Jeune quarantenaire, j’ai vécu les débuts du jeu vidéo des années 70, le Super 8 et les disquettes 5’1/4. Bref un jeune geek avant l’heure, mais comme les autres compères du Café du Geek, je suis passionné des nouvelles technologies, de livres et de BD, ainsi que de demoscene. Mais comme disait K. Dick, la réalité n’est qu’un point de vue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.