Venom 2 : le chef opérateur de Once Upon A Time… In Hollywood rejoint le projet

Alors que l’on apprenait dernièrement l’implication de Andy Serkis, Venom 2 ajoute le chef opérateur Robert Richardson à sa liste.

Robert Richardson, Venom
Robert Richardson et son Oscar pour Aviator (Martin Scorsese), en 2005
Richardson à la rescousse

Venom 2 n’a donc pas fini de nous surprendre. Après l’annonce plus qu’inattendue que Andy Serkis, réalisateur de Mowgli : La Légende de la jungle, dirigerait la suite, The Hollywood Reporter dévoile désormais que Robert Richardson fera partie du projet. Ce dernier, chef opérateur fétiche de Quentin Tarantino, Martin Scorsese et Oliver Stone, avait déjà collaboré avec Serkis (Breathe, en 2017) et vient apporter sa pierre à l’édifice improbable que devient Venom 2. De ce fait, après la sublime photographie du non moins sublime Once Upon A Time… In Hollywood, voir l’artiste oscarisé (JFK, Aviator, Hugo Cabret) se tourner vers un tel blockbuster paraît aussi prometteur que dangereux.

Robert Richardson, Once Upon A Time... In Hollywood
Once Upon A Time… In Hollywood, sur lequel Robert Richardson a dirigé la photographie

Il est toutefois primordial de tempérer nos attentes, après l’échec cuisant que fut le premier épisode. Malgré son succès commercial colossal (plus de 850 millions de $), Venom subit à raison une critique assassine. Montage horripilant, mise en scène d’une mollesse assommante, acteurs en roue libre (Tom Hardy sous LSD, il faut le voir pour le croire), scénario plus stupide que la stupidité, … Un massacre en bonne et due forme, où tout le monde semblait ne savoir que faire. Même Matthew Libatique, excellent directeur de la photographie sur de nombreuses œuvres de Darren Aronofsky, avait livré un de ses pires travaux.

En recrutant tous ces grands noms, Sony cherche donc probablement à rassurer son audience, en nous agitant ce cache-misère. On reste donc fortement intrigué par ce Venom 2, prévu pour le 2 octobre 2020, même si le résultat risque plus d’être un nouveau produit édulcoré et désastreux qu’un véritable film d’auteur aux partis-pris osés.

Venom, Robert Richardson
C’est de toute beauté…

Rédacteur Cinéma - Jeune passionné du septième art, je partage mon avis sur diverses œuvres et débat de l'actualité cinématographique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *