Ehang Corp – Bientôt, l’humain volera dans son drone

Comme vous le savez, la plupart des drones sont de petites tailles, et ne permettent pas de transporter de grosses charges, si bien que la majorité d’entre elle ne peuvent que porter une caméra. Mais ceci va bientôt changer ! En effet, Ehang Corp, une compagnie chinoise spécialisée en confection de drone, s’est affairée depuis quelques temps à tester quelques 184 “taxis-drone”. Ce sont des drones qui, comme son nom l’indique, vont pouvoir transporter des personnes. Avec près de 1000 tests effectués avec et sans passagers, les tests se montrent concluants, rapporte la CNN.

Ehang Corp, l’assurance d’un voyage sûr ?

La compagnie Ehang Corp s’est propulsée sur la scène internationale lors du CES (Consumer Electronics Show) en 2016, à Las Vegas. Elle promettait de réaliser ce rêve qu’est d’avoir un moyen de transport personnel robotique, sous la forme du drone. Maintenant, pour tenir cette promesse, la firme veut faire plus de test, notamment à Dubai et à Las Vegas. Point important, les 1000 tests déjà effectués ont été réalisés dans un vaste champ de condition différentes incluant des conditions climatiques peu clémentes. Le drone est entièrement automatisé grâce à des capteurs sensoriels et son logiciel de pilotage automatique, assez sophistiqué pour braver toutes les intempéries. Ce système est la clé du drone, son ordinateur de vol utilise la navigation satellite pour trouver le chemin le plus sûr. S’il vient à être endommagé, son programme lui permet de se poser sans mettre en danger la vie de son passager.

Construit avec des panneaux en fibre de carbone et une charpente légère faite en aluminium, le Ehang 184 est à la pointe de la technologie en matière de batterie, de construction aérospatial ainsi que de moteurs électriques. Avec huit rotors fonctionnant à l’électricité, l’Ehang 184 (le nom de ce drone) peut voler sur 16km, et sa vitesse maximale peut monter jusqu’à 128km/h ! Ce qui serait un moyen pratique pour palier à l’hypothétique problème de trafic dans les aéroports que sont New-York, Las Vegas ou encore Shanghai.  Le majeur problème de ce drone est sa capacité de transport : seule une personne peut profiter du voyage, alors que des tests ont été faits avec une charge de 500 pounds (soit 226kg). Autre soucis, s’il transporte une personne ou de la marchandise, son autonomie n’est que de 23 minutes.

A la conquête du ciel

L’Ehang 184 est l’une des ses sérieuses compagnies de drone qui cherchent à conquérir les cieux – l’un de ses opposant se trouve être Airbus. Tout en étant entièrement automatisé, ces “drones-taxis” permettront de faire la navette au sein de la ville plus facilement (au moins pour ceux qui pourront s’offrir un voyage de ce type, qui paraît être très coûteux). La qualité du vol et l’intelligence artificielle derrière le drone vont révolutionner la logistique de vente. Le détaillant chinois JD, par exemple, est en train d’expérimenter des drones qui peuvent porter et transporter un charge d’une tonne. Ces drones ont un potentiel militaire en cas de guerre, car ils pourront livrer les provisions, évacuer les blessés et transporter les escouades.

Le PDG de la compagnie Hu Huazhi annonce que ses “drones-taxis” vont tout d’abord se concentrer sur les clients les plus aisés pour trouver sa clientèle (et alors se rapprocher de la stratégie d’Elon Musk avec Tesla). Ensuite, dans l’idéal, l’économie d’échelle va populariser les “drones-taxis” et ainsi tout le monde pourra s’envoler. Mais ceci, n’est qu’une vision du futur !

Rédacteur qui n'est plus présent sur le site depuis un certains temps, son compte a donc été supprimé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.