ActuCinéma

Festival de Gérardmer 2021 : découvrez le palmarès !

Du 27 au 31 janvier dernier s’est déroulé la 28ème édition du célèbre festival international du film fantastique de Gérardmer. Épidémie de Covid-19 oblige, cette édition s’est déroulé entièrement en ligne. Les internautes pouvaient alors acheter des billets à l’unité (5 € le long-métrage, les courts étant gratuits) ou se procurer des Pass Festival permettant pour 50 € de voir tous les films de la sélection (excepté les courts-métrages ou les longs-métrages Retromania, permettant de redécouvrir des classiques du cinéma fantastique de S-F ou d’horreur, où il faut réserver une place).

Le festival vient donc de se terminer et quels sont les films qui ont été primés ? Découvrons-le !

BANDEAU PUBLICITE
Affiche du Festival International du Film Fantastique de Gérardmer 2021

Le palmarès des longs-métrages

Le Jury des longs-métrages était d’abord constitué de Bertrand Bonello, président de ce même jury. Ce réalisateur/scénariste est notamment derrière les films Saint Laurent, Nocturama ou encore Zombi Child.

Venaient l’accompagner :

Publicité
  • le réalisateur/scénariste Pascal Bonitzer ;
  • les comédiennes Vimala Pons et Lolita Chammah ;
  • le romancier Maxime Chattam ;
  • l’entrepreneur et auteur Alexandre Pachulski ;
  • l’acteur Gaspard Ulliel ;
  • et l’actrice/chanteuse Camélia Jordana.

A quels films le jury a-t-il remis ses Grand Prix, Prix du Jury et Prix de la meilleure musique originale ? Découvrez-le maintenant !

Prix du Jury

Le jury a d’abord décerné son Prix du Jury ex-aequo à Teddy des frères Boukherma et à Sleep de Michael Venus.

Le premier est un film de loup-garou français qui se déroule dans un petit village des Pyrénées. Un loup terrorise les habitants de ce même village, dont fait partie Teddy. Teddy est un jeune homme de 19 ans, déscolarisé, qui travaille dans un salon de massage et qui vit chez son oncle. Il a une relation avec Rebecca, qui passe son bac et avec qui il a des projets. Mais tout va basculer pour Teddy le jour où il se fait mordre par le loup et que ses pulsions animales se révèlent au fil des jours…

Sous l’angle d’abord de l’humour, puis sous un angle surprenamment dramatique et émouvant, le film utilise le mythe du loup-garou pour évoquer la frustration sociale et la différence. Vous pouvez (re)découvrir les deux teasers du film ici !

Le deuxième film, allemand, nous parle d’une mère, Marlene, qui se rend dans un hameau reculé dans les montagnes afin d’échapper à ses cauchemars incessants. Mais devenue apathique, sa fille Mona la rejoint et découvre ce lieu anxiogène. Elle va chercher à comprendre le mal qui touche sa mère, mais elle va également découvrir le passé de ce village et de ses forces qui le hantent…

Prix de la meilleure musique originale et Grand Prix du Jury

Le Prix de la meilleur musique originale et le premier prix ont été remis à un seul film.

Et le film que le jury a donc sacré cette année est Possessor de Brandon Cronenberg (fils de David).

Dans ce film, nous découvrons Tasya Vos (Andrea Riseborough / Birdman). Cette femme, en pleine crise intérieure car ayant dû se séparer de son mari (et de leur fils), fait partie d’une organisation secrète qui utilise une technologie neurologique permettant d’habiter le corps de n’importe quelle personne et ainsi commettre des meurtres. Tout cela au profit de clients très riches. Tasya doit maintenant s’emparer du corps d’un certain Colin Tate (Christopher Abbott / It Comes at Night). Mais cette mission va connaître un très malheureux tournant

Publicité
Affiche du film Possessor de Brandon Cronenberg (2020)

Quid des Prix du Jury Jeunes, du Public et de la Critique ?

Enfin viennent alors trois autres prix : le Prix du Jury Jeunes, le Prix du Public et le Prix de la Critique. Quels films ont eu droit à ces distinctions ?

Si le Jury Jeunes (composé de 9 jeunes de la région Grand Est) a remis son prix à Teddy, le public et la critique ont remis leurs prix à La Nuée de Just Philippot.

Dans ce film, Suliane Brahim de la Comédie Française incarne Virginie, mère de famille qui détient une ferme et élève seule ses enfants. Pour sauver cette ferme de la faillite, l’agricultrice se lance dans l’élevage de sauterelles comestibles. Mais peu à peu, elle développe un étrange lien obsessionnel avec ses sauterelles à tel point que ses enfants ne la reconnaissent plus. Et pour cause : elle découvre que les sauterelles, en buvant du sang, deviennent plus grosses et ainsi plus rentables…

Ici, nous avons affaire à un excellent objet cinématographique dotée d’une superbe réalisation et qui, qui plus est, nous donne à voir derrière son apparence de fiction, la réalité du monde agricole. Il s’agit là d’un drame humain aux personnages forts et le côté fantastique et horrifique est vectrice d’une tension qui monte jusqu’à un final absolument sidérant et explosif. Pour patienter avant sa sortie, vous pouvez découvrir la bande-annonce de ce film ici !

Affiche de La Nuée de Just Philippot (2021)

Le palmarès des courts-métrages

N’oublions pas, bien sûr, les courts-métrages ! C’est l’acteur Pio Marmaï qui a présidé le jury de cette année.

Parmi ses accompagnateurs figuraient :

  • les comédiennes Roxane Duran, Sarah Stern et Chloé Jouannet ;
  • et les réalisateurs/scénaristes Léo Karmann et Xavier Palud.

Grand Prix du court-métrage

Le court-métrage qui a conquis le jury et qui s’est vu décerner le Grand Prix est T’es morte Hélène de Michiel Blanchart.

Il nous conte l’histoire d’un homme, Maxime, qui vit en couple avec le fantôme de sa petite amie Hélène, morte il y a peu de temps. Trouvant la situation invivable, il décide de rompre avec elle. Mais Hélène n’accepte pas cette décision…

Mention spéciale du jury

Et enfin, le jury a donné sa mention spéciale à La Nuit m’appelle de Olivier Strauss.

Dans ce film, nous découvrons Graziella. Elle est embauchée comme domestique pour une famille bourgeoise qui vit dans un hôtel particulier. Dans cet endroit est aussi enfermée une créature monstrueuse qui attend la mort. Cette créature et Graziella se rencontrent et quelque chose en eux se réveille…

Et c’est ainsi que s’achève le Festival de Gérardmer que l’on a hâte de retrouver l’an prochain !

Publicité
Source
AllocinéSite du Festival de Gérardmer
Tags
fantastique festival film gérardmer horreur jury la nuée possessor science-fiction teddy

Mattéo S.

Universitaire à Rennes (mais plus maintenant, foutu virus), j'aime bien le cinéma. Oh oui, j'aime bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Bouton retour en haut de la page