ActuCinéma

Forbidden Hollywood : 10 films pré-code Hays au cinéma

Forbidden Hollywood est nul autre que le nom d’une collection de 10 films tous sortis au début des années 1930. Projetés au dernier Festival Lumière, les 10 long-métrages de cette rétrospective avaient pu bénéficier auparavant d’une réédition en DVD il y a quelques années. Mais le 1er juillet dernier marque leur arrivée au cinéma. Tous reflètent une période très libérée du cinéma hollywoodien ; celle d’avant la censure du code Hays.

Le code Hays est un code de censure entrée en vigueur en 1934, sous la tutelle de l’avocat Will H. Hays. La volonté de créer ce code provient de plusieurs scandales ayant éclaté à Hollywood durant les années 1920. Parmi eux, on retrouve le meurtre de l’actrice Virginia Rappe ou du réalisateur William Desmond Taylor. Tous ces scandales ont fait passer Hollywood pour un lieu de débauche. Les ligues de vertus ont donc ordonné aux studios de revoir les valeurs inculquées dans leur films.

Le code Hays interdisait plusieurs choses. On retrouve, entre autres, les couples de personnages mixtes ou la nudité totale. Mais aussi toute représentation « sympathique » du crime (les méthodes employées pour les accomplir ne devaient jamais être montrées), l’adultère, certains jurons ou encore toute moquerie envers une religion. Tout sujet sensible devait être évoqué « en suivant les règles du bon goût et en respectant la sensibilité du public« .

Ironiquement, c’est durant cette période que plusieurs réalisateurs ont redoublé d’inventivité afin que leurs films puissent parler, avec subtilité, de sujets sensibles. Parmi eux, Ernst Lubitsch ou encore Alfred Hitchcock.

Forbidden Hollywood

Les 10 films de la collection Forbidden Hollywood

Voici donc la liste des films de Forbidden Hollywood. À noter que certains sont réalisés par des personnes reconnues comme Victor Fleming (officiellement derrière La Magicien d’Oz et Autant en emporte le vent) ou Michael Curtiz (Casablanca, Les Aventures de Robin des Bois) :

Âmes Libres de Clarence Brown avec entre autres Norma Shearer et Clark Gable (1931).

Stephen Ashe, brillant avocat malgré son penchant prononcé pour l’alcool, obtient l’acquittement du gangster Ace Wilfong. Sa fille Jan, d’esprit indépendant et libre, devient vite fascinée et séduite par Ace. Regrettant vite d’avoir cédé à ces avances, elle est secourue par son ex-fiancé, qui tue Ace. Les talents d’orateur d’Ashe seront-t-ils alors suffisant pour sauver la vie de Dwight devant les tribunaux ?

Blonde Crazy de Roy del Ruth avec James Cagney et Joan Blondell (1931)

Bert Harris, un groom sournois, utilise Ann Roberts comme appât pour escroquer un vendeur de bijoux de 5 000 $. Le couple se rend ensuite à New York mais ce petit escroc de la Grosse Pomme se fait à son tour arnaquer. Roberts réalise par la suite qu’elle peut travailler seule en escroquant l’honnête Joe Reynolds pour qu’il l’épouse – et qu’elle puisse ainsi tirer pleinement profit de sa richesse. Lorsque Harris commet un crime pour obtenir l’argent nécessaire à la reconquête de Roberts, il atterrit en prison. Roberts se rend alors compte qu’il lui est impossible de mener une vie d’épouse respectable et fait le serment de l’attendre.

L’Ange Blanc de William A. Wellman avec Barbara Stanwyck (1931)

Lora Hart est un élève-infirmière ambitieuse. Après l’obtention de son diplôme, elle est affectée auprès de petites filles gravement malades qui, malgré leur environnement aisé, semblent souffrir de malnutrition. Elle découvre alors que leur mère est une alcoolique notoire et que leur médecin est un charlatan mondain. Lora se rend vite compte que le médecin essaie délibérément d’affamer ces enfants afin d’avoir accès à leur héritage, et que Mme Ritchey est sous l’influence de Nick, un gangster vêtu de noir se présentant comme le chauffeur de la famille…

Jewel Roberry de William Dieterle avec William Powell et Kay Francis (1932)

Teri Von Horhenfels est une séduisante baronne lassée de son ennuyeux mariage. À Vienne, elle est témoin d’un cambriolage dans une bijouterie et tombe immédiatement sous le charme du chef de la bande. Mais ce coup de foudre excède son mari, qui tente par tous les moyens de mettre le voleur sous les verrous.

La Belle de Saïgon de Victor Fleming avec Clark Gable et Jean Harlow (1932)

Séduisante prostituée recherchée par la police de Saïgon, Vantine trouve refuge dans la plantation de Dennis Carson. Vantine et Dennis ne tardent pas à tomber dans les bras l’un de l’autre mais le bel aventurier s’éprend bientôt de l’élégante et inaccessible Barbara Willis, récemment arrivée sur la plantation avec son mari.

Red-headed Woman de Jack Conway avec Jean Harlow (1932)

Lilian ‘Lil’ Andrews est une jeune secrétaire prête à tout pour atteindre le succès. Elle séduit son riche patron, le débauchant de son mariage heureux avec son amour d’enfance. Pensant faire une entrée fracassante dans la haute société, elle se trouve rejetée voire humiliée pour ses origines de classe et sa réputation de briseuse de ménage. Elle espère cependant pouvoir forcer son chemin dans les hautes sphères grâce à la séduction et au chantage…

Baby Face de Alfred E. Green avec Barbara Stanwyck et George Brent (1933)

En pleine Prohibition, Liliane « Baby Face » Powers est serveuse dans le speakeasy miteux d’une ville-usine. Son père, qui la force à coucher avec ses clients rustres et brutaux, décède lors de l’explosion de sa distillerie. Fuyant alors pour New York, Lily est engagée dans une banque dont elle en gravit les échelons en utilisant sans scrupule les hommes comme marchepieds vers la réussite…

Employee’s Entrance de Roy del Ruth avec Warren William et Loretta Young (1933)

Kurt Anderson est le gérant sans cœur d’un grand magasin, qui doit maintenir ses ventes malgré la Grande dépression. Quand une jeune femme sans le sou, Madeline, lui demande un emploi, il lui fait payer cher pour celui-ci. Et lorsqu’il prend comme apprenti Martin West, il exige de lui un dévouement total et interdit au jeune homme de se marier. Cependant Martin est amoureux, il se marie donc en secret mais ne peut pas garder son statut caché longtemps et sa femme – Madeline – a elle aussi ses secrets.

Female de Michael Curtiz avec Gene Markey et Kathryn Scola (1933)

1933, une époque où toute belle jeune femme célibataire doit avoir pour ambition de prendre au piège un riche mari. Mais l’intransigeante femme d’affaires Alison Drake, qui contrôle son empire automobile avec une poigne de fer, n’est pas de cet avis. Gouvernant son boudoir tout aussi impitoyablement, elle acquière des hommes pour assouvir ses passions, avant de les jeter de côté, brisant leurs cœurs… jusqu’à ce qu’elle rencontre pour la première fois son égal en Jim Thorne ! Cet ingénieur n’est en effet absolument pas impressionné par sa puissance et son argent. Dès lors, la femme qui possède tout doit entièrement se livrer pour conquérir le seul homme qu’elle ait aimé…

The Mind Reader de Roy del Ruth avec Warren William (1933)

Chandler est un escroc qui réalise qu’il pourrait se faire beaucoup d’argent en se faisant passer pour un voyant. Aidé par Frank, Chandler devient Chandra et se met à prédire l’avenir. Parmi les innocentes victimes de son escroquerie se trouve Sylvia, donc Chandler tombe amoureux. Mais leur relation est mise à l’épreuve lorsque la vérité est révélée au grand jour…

Découvrez la bande-annonce officielle de Forbidden Hollywood :

Source
Allociné
Tags
censure cinéma code hays Collection film forbidden hollywood

Matteo.S

Universitaire en première année de licence de cinéma à Rennes, j'aime bien le cinéma. Oui, j'aime bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer