<style type="text/css">.affcoups .affcoups-coupon__discount { background-color: #ff7328; color: #000000; }.affcoups a.affcoups-coupon__button { background-color: #dbdbdb; color: #000000; }.affcoups a.affcoups-coupon__button:visited { color: #000000; }.affcoups a.affcoups-coupon__button:hover, .affcoups a.affcoups-coupon__button:focus, .affcoups a.affcoups-coupon__button:active { background-color: #d1d1d1; color: #000000; }</style>

Nokia se sépare déjà de Withings, deux ans après son rachat!

Seulement deux ans après son rachat, Nokia songerait déjà à revendre la pépite française Withings. En effet, le géant finlandais de la téléphonie mobile avait fait l’acquisition de la start-up, pour 170 millions d’euros. À cette époque, elle était encore pionnière sur le marché des objets connectés. Cependant, Nokia serait sur le point de revendre celle-ci, selon le quotidien Les Echos. Néanmoins, deux ans après, la valeur de la jeune entreprise a l’air de s’être effondrée comme semble le confirmer Nokia. Ils reconnaissent l’avoir surestimée d’environ 141 millions d’euros. On peut donc en déduire qu’au jour d’aujourd’hui la valeur de la société se situerait en dessous de 30 millions.

Avenir de Withings

Lors de son rachat, le spécialiste de la téléphonie a préféré écouler rapidement les stocks des produits estampillés Withings en les bradant, pour y apposer son logo Nokia. Suite à cela, nous avons eu très peu d’évolution de la gamme déjà existante et même des amputations de fonctions phares, telles que la mesure d’onde de pouls sur la balance Body Cardio. Cette fonction même qui avait été un argument fort pour la vente. Toujours selon nos confrères, il y aurait quatre candidats au rachat. Deux d’entre eux seraient français et les deux autres non-européens. L’un ferait même parti des cinq Gafam (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft). Effectivement, on constate depuis quelques temps que ces grandes entreprises accordent de plus en plus d’intérêt aux objets connectés. Cela ne fait que mettre en avant la mauvaise intégration de Withings au sein de Nokia.

De son côté, le gouvernement français devrait suivre de près le dossier. Assurément, le sujet des enjeux de protection des données personnelles, est plus que d’actualité à l’heure d’aujourd’hui. Malgré tout, il y a peu de chance que cela impacte la décision du directeur du M&A, Michael Daly quant à cette transaction. Clairement, les relations entre Nokia ne sont pas vraiment cordiales depuis un plan de licenciement du groupe récemment en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *