Le studio d’Angry Birds ferme ses portes

Tout allait bien pour le studio Rovio, créateur d’Angry Birds : le succès du film Angry Bird sorti en 2016, un chiffre d’affaire de 297 millions de dollars en 2017, une chaîne de télévision, un dessin animé… Mais voilà, depuis la sortie de ce film, le studio, alors côté en bourse, est en chute libre. Lors de son entrée en bourse en 2016 le nom Rovio ainsi qu’ « Angry Birds » était coté a 11€ contre 4,7€ aujourd’hui (une part de marché).

Une belle histoire

Studio lancé en 2003, Rovio (alors connu sous le nom Relude) est une entreprise qui connait de nombreux problèmes financiers. Les premiers jeux ne se vendent pas ou peu, nombreux licenciements, de nombreuses fois passé trop près du dépôt de bilan… Malgré tout, la boîte trouve la poule aux œufs d’or en 2009 avec Angry Birds qui devient le jeu le plus téléchargé sur l’Apple Store.

Vient ensuite 2011, où le projet de créer un film sur le jeu naît, Rovio parvint alors à rassembler 42 million de dollars pour racheter Kombo, une société d’animation. L’année suivante, c’est Futuremark Game Studios qui est racheté, pour des raisons inconnues à ce moment là. Cette même année, Angry Birds annonce un partenariat avec Activision, pour la sortie de « Angry Birds Trilogie » qui n’est qu’un portage du jeu sur smartphone. Surfant sur le succès de la Licence, Rovio sort successivement Angry Birds Star Wars, Angry Birds Star Wars II, Angry Birds Season, Angry Birds Rio, Angry Birds Space…

2013, Rovio annonce sa chaîne multi-plateforme « ToonsTV » qui démarre son programme avec « Angry Birds Toon ». 2014, RovioLVL11, sa nouvelle branche qui se chargera de publier les bêtas de ses jeux. A compter de ce moment, Rovio devient une compagnie non plus de jeux-vidéos mais de divertissements. Preuve en est, 43% du chiffre d’affaires provient de produits dérivés.

Le début de la décadence ?

Août 2014, la compagnie change de PDG, Mikael Hed cède sa place pour Pekka Rantala. En décembre, la société vire 110 de ses employés à cause du flop de son jeu « Angry Birds Epic & Go ! ». La fin d’année 2014 se résulte avec une baisse de 73% du chiffre d’affaires (seulement 10 millions de profit). Un an après la nomination de Pekka Rantala, malheureusement, une nouvelle vague de licenciement, 260 employés virés. Faute d’une baisse de revenue de 43%, elle décide alors en décembre de céder sa place pour Kati Levoranta.

A l’occasion de la sortie du film, le studio avait pû entrer en bourse, et esperer ainsi pouvoir financer ses jeux. Seulement, même si 2017 sonne un retour fracassant ! Avec un chiffre d’affaire de 201 millions de dollars, la boîte voit son capital descendre en bourse… Pour finalement devoir fermer son studio hier.

Un retour vers le studio-mère

 

Le chef de production, Wilheim Taht, vient de démissionner, cédant son rôle à Kati Levoranta. La compagnie avait prévenu que les revenues de la Licence pouvait baisser de 40% cette année. La compétition et les coûts de marketing ont eu raison du pauvre studio.
Ouvert en 2017, le studio basé à Londres avait une valeur de 786 000 £, et comportait sept développeurs de jeux vidéos.

Avec cette fermeture, la compagnie veut donc se concentrer sur les studios basés en Finlande et Suisse. Elle annonce malgré tout une suite pour le film Angry Birds en 2019.

20 ans, féru de jeux-vidéos ainsi que de la pop culture japonaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *