[TEST] BloodBorne – Préparez vous à mourir pour vivre !

BloodBorn-Banniere

Développeur/Éditeur : From Software/Sony
Genre : RPG, Fantasy
Date de sortie : 25 Mars 2015

Le jeu se déroule dans la ville gothique en ruine de Yharnam, qui selon la rumeur, abrite un puissant remède médical. Au fil des années, de nombreux voyageurs se rendent en pèlerinage dans la ville à la recherche du remède pour guérir leurs maux ; le joueur prend le rôle de l’un de ces voyageurs. En arrivant dans la ville, il s’avère que celle-ci est en proie à une maladie endémique qui a transformé la plupart de ses citoyens en créatures bestiales. Le joueur doit naviguer dans les rues de Yharnam tout en surmontant ses habitants violemment dérangés et ses effroyables monstres pour survivre.

Après le lancement de sa console, Sony n’avait qu’une hâte, voir des exclusivités sur sa nouvelle console fétiche. Nombreux sont les développeurs à présenter des nouveautés dont certaines exclusivités comme The Order 1886, un jeu magnifique (test disponible ici) qui a subi une semi-réussite. Une autre exclusivité était également présente lors de l’annonce de la console et qui est passé entre nos mains lors de la Paris Games Week, nous parlons bien évidemment ici de Bloodborne, la nouvelle “réussite” de From Software. Au sujet de ce contrat d’exclusivité, le responsable de From Software se devait d’agir afin de guérir des blessures des précédents opus de la saga des Souls. Afin de relancer cette suite, Bloodborne est né et reprend de ses origines pour créer une histoire lourde, noir et difficile.

Introduction dans le jeu

Une chose est sûre, ce Bloodborne est différent des précédents Souls dans le style de jeu. Fini d’être à la défensive et se cacher pour se faire oublier, il faudra réfléchir et esquiver les coups mais également être astucieux dans les déplacements et les attaques. Vous l’aurez compris, ce qui est mis à l’honneur ici, c’est l’intelligence du joueur et la répétition des actions, beaucoup… Dans Bloodborne, vous verrez également du sang, un jeu qui ne dérangera pas un chirurgien mais qui demandera aux joueurs de s’accrocher et de tenir leur épée/hache/masse comme il faut. L’histoire est assez banale, bien que très scénarisée et complète, vous êtes un voyageur malade qui tente de trouver un remède dans la piteuse ville de Yharnam. Ce patient que vous incarnez se fait ressentir dès le début avec une mise en situation et un plan sur une table d’opération avec un vieux sage qui nous demande de signer un contrat. Une fois la phase de la schizophrénie et les imaginations qui vous surprendront, il est temps de se créer un personnage, un héros, un brave avatar.

Avant de vous créer un personnage, il faudra choisir le “niveau de jeu”. Autant vous dire qu’à ce moment, vous avez 3 choix. Soit vous ne connaissez pas du tout le jeu et vous voulez essayer, ce sera une origine de “passé violent” qu’il faudra choisir dans ce cas. Soit vous connaissez un peu, vous avez tâté du RPG quelques fois et vous avez pris des habitudes qui traînent au fond de votre cerveau, le “vétéran de guerre” est fait pour vous. Sinon, vous êtes un grand malade, vous avez peur de rien, même pas de l’araignée qui est à côté de vous en ce moment (quoi je délire déjà ?) et vous aimez la difficulté, alors là, choisissez “véritable gâchis” et surtout, bonne chance !

Création du personnage

Enfin bref, le choix est fait, il faut maintenant se créer un personnage, au choix, qui vous ressemblera ou que vous aimeriez incarner. Pour ce qui est de la création, il y a du choix et c’est franchement cool pour se démarquer ! Il est possible de gérer la carrure de son personnage, le visage, la forme, les yeux, les oreilles, absolument tout ! Que ce soit un personnage masculin ou féminin, Bloodborne vous laisse le choix de gérer vos compétences, libre à vous de faire un personnage plus fort qu’agile ou intelligent. Par contre, une petite note de déception, ou pas, il n’est plus possible de combattre avec la magie. Malgré cela, on a maintenant le droit à des petits gadgets à base d’empoissonnement, de cocktails Molotov et autres…

La gestion des armes

Ensuite, il faudra se pencher sur les armes ! Fini les boucliers, là est tout l’enjeu de cette nouvelle stratégie qu’il faudra mettre en place. A la place de la défense, on nous propose des armes à feu, pour des occasions différentes des précédents jeux, celles d’attirer les “monstres” et de contre-attaquer lorsqu’il approche. Dans ce cas, vous êtes maître du jeu car vous serez le premier à attaquer mais attention aux ripostes et à la rapidité d’exécution.  Cette maîtrise, il faudra la connaitre et l’utiliser de nombreuses fois pour attaquer les boss du jeu, c’est en quelque sorte la règle d’or de ce Bloodborne ! De ce fait, vous vous rendrez compte que l’attaque est l’action primordiale et on aime voir ces affrontements si rapide, si bien réalisés. Dès le début, il faut faire un choix avec un couperet-scie, une méga hache ou une canne épée, ces armes sont bien entendues différentes, il faudra connaitre leurs utilisations et les manier à la perfection, elles ont toutes des avantages et des inconvénients (le poids, la maniabilité, le dégât). Au fur et à mesure, d’autres armes viendront s’ajouter à la liste, que vous pourrez vous procurer grâce aux échos de sang, la monnaie du jeu. Par contre, on est extrêmement limité dans ces armes et armures. Mais pour contrer cela, Bloodborne vous propose des systèmes supplémentaires qui sont les gemmes de sang et les runes. Ils vous permettront de booster vos caractéristiques primaire et secondaire ou booster vos armes mais attention car certaines fois, l’amélioration peut faire chuter quelques points.

Bloodbrone, un jeu glauque

Pour un jeu de Fantasy, Bloodborne ne fait pas les choses à moitié et nous plonge intégralement dans une ambiance frustrante, on ressent ce sentiment d’être constamment regardé et la noirceur du jeu est si profonde qu’à la vue d’une fleur, vous reprendrez foi en la vie (Nous n’avons pas trouvé de fleur). Dès les premières minutes, on sait déjà comment seront les prochaines heures du jeu, tout d’abord nous n’avons aucun didacticiel, pas d’apprentissage, on vous laisse vous débrouiller avec un loup-garou pour réussir à sortir de ce manoir. Surtout, le plus important dans le jeu, n’oubliez pas “d’enregistrer” vos passages pour ne pas être obligé de recommencer depuis le début ! D’autant plus qu’il n’y a que très peu de zone de sauvegarde donc si vous oubliez, préparez à rager comme il le faut. En tout cas, les seules couleurs qui sont présentes dans le jeu se comptent sur une main avec du gris, du noir et surtout du rouge ! Du sang, il y en a et les textures sont parfaitement réalisées, From Software a également travaillé sur les tâches de sang sur vos habits et votre visage. De même pour l’ambiance globale avec les architectures médiévales et la qualité du décor, il est possible de trouver de nombreux recoins au cours du jeu, il n’y a quasiment aucune zone de libre, vous aurez de quoi faire et surtout de quoi farmer, le plus important dans ce jeu.

Difficulté du jeu

En parlant de difficulté, vous ne manquerez pas de recommencer de nombreuses fois une même action avant de l’avoir assimilée. Pour vouloir jouer à Bloodborne, il faut être téméraire et aimer ce genre de jeu, ce n’est pas du The Order 1886, vous ne serez pas guidé, bien au contraire, vous êtes lâché et vous devez vous débrouiller seul, que ce soit pour trouver comment choisir une arme, comment s’améliorer ou comment vaincre un boss. Ce jeu est un véritable puzzle que vous apprendrez au fur et à mesure, en vous rappelant que la base est l’offensive. Il est difficile de se faire un avis sur la difficulté du jeu puisque 2 avis sont amenés. La première, c’est tout simplement que le jeu a été enrichi et endurci pour que la durée du jeu soit beaucoup plus longue, en même temps pourquoi payer 70€ pour le finir en 4 heures… Le second avis provient des joueurs acharnés, ceux qui pensent que Bloodborne n’est pas fait pour tout le monde et qu’on se doit d’aimer ce style de jeu pour réussir à y jouer, ce qui peut poser à frein à la vente … La patience est primordiale, armez-vous de cela mais aussi de courage.

Multijoueurs

From Software a amené une nouvelle fois un mode multijoueur pour son jeu, une petite réussite bien que les choix de jeu sont faibles. On peut, comme dans les précédents Souls, laisser des messages d’aide ou voir des traces de sang des précédents joueurs déchus. Pour ce qui est de la coopération, il faut faire sonner une cloche pour appeler un ami à l’aide. Une fois en jeu, celui-ci vous aidera à réussir votre quête, le mode multijoueur s’arrêtera lorsque vous aurez battu le boss de la zone ou lorsque vous serez mort…

Graphisme

Disponible uniquement sur PlayStation 4, le jeu n’est graphiquement pas très fou. Les plus gros défauts ? Un aliasing épouvantable, des caméras qui ne suivent pas toujours le personnage, des collisions hasardeuses, des bugs graphiques et surtout des baisses de framerate. Ne vous en faites pas, votre console tourne bien à fond afin de vous donner les meilleurs détails et rendre le jeu superbe, enfin pour la PS4 puisqu’on pourrait imaginer Bloodborne sur PC et ça fait un peu rêver. Une fois en jeu, c’est à vous de gérer les caméras afin de regarder là où il faut, quand il faut. Sauf que parfois, c’est tellement mal géré qu’on se retrouve à regarder un mur alors qu’on est en train de combattre un boss et ça fait facilement rager, faut l’avouer. De même pour les temps de chargement une fois que vous êtes mort. Il faut attendre environ 1 minute pour voir un écran avec autre chose que du noir. Imaginez quand vous mourrez 5 fois de suite, personnellement à ce niveau, j’éteins la console immédiatement, je vais chercher une pelle et j’enterre le jeu.

Alors ce jeu ?

Bloodborne donne incontestablement un avantage à la PlayStation pour les adeptes de Fantasy/RPG ! Ce nouvel opus provenant de la sage des Souls ne fait pas les choses à moitié et From Software nous propose du nouveau, de la difficulté et une histoire intrigante. En poursuivant les énigmes et les boss de chaque comté, Bloodborne regorge d’actions, de combats et de techniques à mettre au point. Une fois plongé dans cet univers sombre et chaotique, il faudra rapidement prendre en main le jeu au risque de s’ennuyer face aux répétitions. Pour ce qui est des graphismes, on retrouve un jeu à la hauteur de nos espérances, pour une console, même si des petites améliorations n’auraient pas fait de mal au jeu, From Software s’en occupera surement au cours des prochaines mises à jour. Clairement, Bloodborne est un jeu complet, un jeu de terreur, autant pour votre mental que pour son histoire et si vous êtes en fervent passionné de ce style de jeu, il vous faut absolument l’essayer !

Rédacteur en chef - 23 ans. Diplôme en Marketing, Management et Communication. Je passe mon temps à lancer des projets. Sur le site, je dédie des heures aux rédacteurs pour apporter le nécessaire à la rédaction. Retrouvez moi sur LinkedIn ou Twitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.