Test – NUC Intel Le renouveau du mini-PC ultime

En premier lieu, Intel a sorti son NUC en 2017 et ce n’est pas un, mais deux NUC qui seront à l’honneur dans ce test. Car Intel a fait les choses bien et a mis à disposition deux configurations différentes. Premièrement, un NUC avec un disque dur, 8 Go de RAM et c’est tout. Deuxièmement, un NUC avec mémoire Optane, disque dur et 8 Go de RAM. Alors entrons dans le vif du sujet.

Les NUC, ce n’est pas un seul choix

Tout d’abord, il n’y a pas qu’un seul NUC, il y en a de nombreux modèles dont :

  • Les Hadès Canyon reconnaissable à leur forme allongée et la tête de mort apparente. Alors, c’est le haut de gamme des NUC et il se remarque tout de suite. Celui là est dédié au gaming.
  • Les NUC comme celui du test, qui sont plutôt des multifonctions.
  • Des NUC plus petits ayant une hauteur encore plus fine.

Après, il y a plus de NUC que prévu, car si l’on se réfère à la page Wikipedia, notre test correspond à un NUC de septième génération. Alors si l’on se positionne sur ce paragraphe, il y une dizaine de modèles déjà. Celui qui nous intéresse est le NUC7i3BNH.

Néanmoins, un des aspects importants du NUC est qu’il est disponible de pleins de façon. Ainsi on peut l’acheter complet et prêt à l’emploi. Alors, il est tout équipé, intégrant un OS Windows 10 et optimisé dans sa configuration par Intel. Cela pour obtenir des performances optimales. De plus, trois ans de garanties couvrent l’ensemble du produit par Intel.

A l’instar du clé en main, il existe des kits Intel NUC, ce sont des modèles à construire soi-même. Ainsi, la configuration est aux petits oignons et cela se fait dans le choix de la mémoire vive et de stockage, mais aussi de l’OS.

Enfin, il y a la possibilité de n’acheter que la carte Intel NUC seule. Car cette dernière peut être intégrée dans des solutions commerciales embarquées par exemple. Ceci grâce à un châssis indépendant, avec son processeur soudé au format 10 cm², c’est donc de la conception personnalisée.

Intel NUC-Packaging

Unboxing d’un NUC

Tout d’abord, ce mini PC se veut ultra-compact, alors plongeons dans le contenu de cette toute petite boîte pas beaucoup plus grande que le NUC. Alors une fois ouverte, la boîte comprend :

  • Un Intel NUC 7i3BNH
  • Une monture VESA
  • L’adaptateur secteur
  • Différents embouts de prises mâles (US, UK, FR,…)
  • Un manuel

Et c’est tout.

Ouverture et installation du NUC

Ainsi, il n’y a pas grand-chose dans cette boîte, mais cela n’est pas problématique, vu que le NUC se suffit à lui-même. Donc, il peut-être démarré dès branchement sur le secteur. Enfin avec mon matériel de test, car si vous l’achetez nu, le NUC demande à acheter de la mémoire vive et de la mémoire de stockage. Il est donc indispensable d’acheter de la mémoire RAM et un disque dur ou un SSD pour utiliser ce mini PC.

Durant ce test, Intel a aussi fourni un SSD SSD760P de 512 Giga, nous en parlerons plus loin.

En ce qui concerne l’ouverture du NUC, c’est simple comme bonjour avec 4 vis en dessous, alors vous accédez au cœur de la machine.

Intel NUC-Vue de dessous

 

Le NUC, un mini PC de luxe ?

En ce qui concerne le design du NUC, rien à redire, c’est un pur bijou de sobriété, il est classieux. En effet, un soin particulier a été apporté sur les finitions qui sont soignées, tel une voiture de luxe. De plus, c’est un petit barebone tenant dans la main, donc bien plus miniaturisé que la plupart des concurrents.

Intel NUC-Unboxing

Effectivement, il ne se voit que très peu dans le mobilier et ne dépareille pas. Par ailleurs, il peut disparaître aisément, en étant fixé sur un support VESA à l’arrière d’un écran, grâce au kit de fixation présent dans le packaging.

Enfin, la surface brillante à effet miroir ou laqué est du plus bel effet, mais comme contrepartie il est très salissant et se marque facilement par les traces de doigts. Ensuite, le boitier est en aluminium gris foncé, ce qui donne encore plus dans la sobriété, un bel objet.

Après, le capot est personnalisable et existe dans un grand nombre de coloris pour s’harmoniser avec tous les mobiliers, même si le noir est superbe.

Intel NUC-Unboxing vue de dessus

Par ailleurs, les dimensions de ce mini-PC sont poussés vers la petitesse, avec des dimensions ne dépassant pas 11,5 cm (115x111x51 mm). Voilà un PC qui tient dans la main.

3, 2, 1, allumage

Avant tout, la mini-machine est en veille avec son bouton Power de couleur marron-orangée. Mais dès qu’on l’allume, il y a un rétro-éclairage de couleur bleue néon rectangulaire du plus bel effet qui se met en place. Donc, c’est toujours la sobriété et le design qui sont mis à l’honneur jusque dans l’allumage de la micro-machine.

Intel NUC-OFF

 

Le NUC sous toutes les coutures

Alors après l’aspect extérieur de cette machine, quelles sont ses connectiques sur les différentes faces.

Le panneau frontal possède :

  • Deux ports USB 3
  • Une prise combo jack entrée microphone / sortie audio
  • Un bouton on/off qui est signalé par le Led marron orangé avant sous mise sous tension.

Intel NUC-Vue de face

Le panneau arrière comporte aussi pas mal de connectiques, dont :

  • L’entrée pour le câble d’alimentation
  • Un port USB 3.1 de type C / Thunderbolt 3
  • Deux ports USB 3.0
  • Un port HDMI 2.0
  • Port RJ45 LAN (1Gb)
  • Un point d’attache pour Kesington (fixation à un antivol)

 

Intel NUC-La face arrière

Sur le côté droit, on trouve un lecteur de type micro-SDXC.

Intel NUC-Vue de côté

Et sur les deux côtés, des ouvertures pour faciliter l’évacuation de l’air chaud et améliorer la ventilation de cette petite bête de course.

Les caractéristiques du NUC

A cet égard, la machine d’Intel présente de belles caractéristiques pour un si petit format :

  • Processeur : Intel Core i3-7100U nom de code Kaby Lake U/Y (c’est un double coeur ayant une fréquence de 2,4 GHz avec 3 Mo de cache)
  • RAM : Tout dépend de ce que vous mettrez
  • Type de RAM : Intel 2 DDR4 SODIMM
  • Stockage : selon votre achat SSD type M2 ou SATA 2,5 pouces
  • Ecran : non fourni
  • GPU : Intel HD graphics 620 nom de code Kaby Lake GT2
  • Connectivité : Wifi et Bluetooth 4.2

Quelques achats à prévoir

Comme pour le Zotac qui est aussi un mini PC, il faut prévoir plusieurs achats :

  • Un disque dur SATA ou de la SSD
  • Une ou des barrettes de mémoire RAM
  • Un écran
  • Un clavier
  • Une souris

Mais si vous êtes fan d’Intel, le NUC est compatible avec la technologie Intel Remote Keyboard pour utiliser votre smartphone ou tablette en remplacement du clavier et de la souris. En effet, c’est une configuration idéale pour un home cinema ou pour certains jeux.

Mise en service

Pour ce qui est de la mise en réseau, elle est comme sur tout PC pourvu d’une connectique Ethernet, cela coule de source. Alors les chargements sont rapides et fluides. Pour ce qui est du Wifi, c’est l’Intel Wireless-AC 8265 sur ce petit PC, il détecte rapidement le réseau, même si mon débit n’est pas extraordinaire et la nécessité d’un répétiteur se fait sentir à la campagne. En particulier, Steam, Netflix et Gog qui sont utilisés pour réaliser les différents tests.

Par ailleurs, le Bluetooth est dans la norme 4.2 et se révèle très fiable à l’utilisation avec une souris et un clavier sans fil.

Du reste, pour finir avec la prise en compte du clavier et de la souris, un test a été réalisé avec un KVM. Or la reconnaissance par l’OS est immédiate avec une seule prise USB mixant le clavier et la souris.

Intel NUC-ON

 

Test de l’OS Windows avec la configuration de base

Et c’est un Windows 10 Professionnel 64 bits qui a été installé et c’est parti pour le test. A première vue, l’OS démarre vite, l’impression de lenteur ne se ressent pas, c’est déjà un bon point. Ensuite, différents tests sont réalisés pour voir la stabilité de l’OS et sa réactivité.

En effet, la vidéoconférence et le streaming s’avère fiable et véloce, hormis des problèmes de serveurs distant ou des lags dû au réseau, ce n’est pas le NUC qui flanchera. Une fois configurée, la relance des applications est plus rapide, mais on sent qu’il y a un disque dur derrière qui ralenti un peu. De même, les applications Microsoft Office, réagissent de la même façon avec des lancements plus rapides et la stabilité est au rendez-vous.

De la température et du bruit

En revanche, concernant l’édition Photo ou la modélisation, les temps de chargement et de réponse sont plus longs. Et ces derniers demandent plus de ressources de la machine. Ceci est normal, mais c’est dans ces cas précis que l’on sollicite la puissance de la machine et qu’elle va aller chauffer pour atteindre les 79-80° C. D’un autre côté, il est utile de rappeler que la température commune du NUC est aux alentours de 47-50°C, donc peu chaud. Ainsi, il ne chauffe pas trop même poussés dans ses retranchements. En revanche, côté puissance sonore, il reste parfaitement silencieux en toute circonstance. Et ça c’est un point très important, même si le CPU turbine à 2400 MHz et que le GPU est à saturation.

Un autre point à préciser est le fait que le GPU est hyper stable et tourne à sa vitesse de 1066,7 MHz en permanence. En parallèle, le core du GPU va osciller entre 300 et 1000 MHz selon les besoins graphiques. Ainsi, un des talons d’Achille de cette machine sera le GPU qui pour un graphiste optera plus pour un GPU avec mémoire intégrée. Après tout le monde n’est pas graphiste ou réalise du graphisme par modélisation 3D.

Test de l’OS Windows avec la configuration optane

Etant donné que le NUC sans mémoire Optane, il devrait envoyer du bois avec. Et c’est bien le cas. Dans la configuration prête à l’emploi avec 8Go de RAM, un disque dur et de la mémoire Optane. Tout cela pour une configuration plus rapide. En effet, c’est normal, la mémoire Optane de 16 Go va optimiser les échanges entre le processeur et les applications. Ainsi, cette mémoire est littéralement un accélérateur d’échange d’information ou du moins elle met en cache des choses souvent utilisées.
De sorte, le lancement est optimal. Dans ces conditions, le lancement des applications Office s’optimise aussi et cela se voit pour Word, Excel, Powerpoint, …

Cela se rapproche d’une SSD et fourni une couche d’optimisation entre le processeur et la couche applicative. En gros, l’Optane c’est de la bombe !

Test de l’OS Windows avec la configuration avec la SSD

Que dire dans l’optique d’une configuration avec un SSD doublé d’une mémoire Optane, et bien on est dans le meilleur des mondes. En conséquence, les temps de réponse sont encore amoindris, la seule chose pouvant ralentir ce barebone, c’est le disque dur SATA. A contrario, un des problèmes des mémoires de stockage SSD est leur fiabilité dans le temps, or avoir un disque dur SATA est plus sûr, quoique ce dernier peut aussi planter dans le temps. Ainsi aucune configuration est increvable, enfin côté vitesse de communication, là c’est le SSD et l’Optane qui est le duo gagnant.

Utilisation quotidienne

A l’usage, le NUC est parfait dans la plupart des situations de la vie courante. Ainsi, pour la bureautique, ce barebone s’avère un PC de pointe, car il est rapide et super réactif pour son gabarit. En comparaison avec un PC normal, c’est une bête de course, l’utilisation de applications Office est rapide. De plus, si l’on rajoute la mémoire Optane, qui optimise les applicatifs et les temps de latence entre les disques durs et le processeur, c’est flagrant.

Intel NUC-OFF

D’ailleurs, la mise en place d’un SSD à la place du disque dur augmente les performances de la machine. Car les temps d’attente sont réduits par l’Optane et par le SSD. Bref, cela a un coût, mais cela le vaut bien. Maintenant, le choix d’une configuration disque dur SATA et Optane est déjà bien appréciable au quotidien.

Et les jeux dans tout ça

En l’occurrence, les jeux sont une des parties qui départagent le choix pour un utilisateur. Avant tout, n’oublions pas que c’est un mini PC et miniaturisé en plus. Ainsi, s’il ne rivalisera jamais avec les PC gamers qui sont spécialisés dans cela, le NUC s’en tire très bien avec des jeux 3D comme Metro ou Grid 2, mais aussi Everspace. Attention, on sera plutôt dans des framerates de 30 FPS et non dans les extrêmes limites des 60 FPS voir plus.

 

A contrario, comme beaucoup de PC multifonctions, le NUC sera hyper à l’aise avec les jeux 2D. Ainsi un benchmark n’ira pas dans les retranchements des PC gamers. Mais dans le PC moyen gamme embarqué, ce qui est logique somme toute. Alors et si l’on a l’Optane et le SSD, cela améliore les performances il est vrai. Cependant pas dans des proportions démentes pour les jeux. Car il faut préciser que la carte graphique intégré au NUC n’a pas de mémoire dédiée, ce qui joue forcément sur les jeux sans jeu de mots.

Intel NUC-Vue de trois quart

 

Conclusion

Pour conclure, le NUC est une belle surprise pour ma part, car c’est le mini PC que j’hésite à prendre, il est tout ce que je recherche dans un PC utile. Pour les raisons évoquées durant ce test, il apparaît être le parfait compromis dans le choix d’un PC polyvalent, rapide et stable pour un prix relativement raisonnable. D’autre part, il est aisé de la cacher par fixation ou en le mettant à côté de votre écran.

 

Le kit Intel NUC est disponible sur Amazon

 

 

Intel NUC

9.1 Intel NUC-Packaging vue de dessus

Points positifs

  • Design très réussi
  • Immédiatement utilisable (si complet)
  • Nombreuses connectiques
  • Nombreuses possibilités (si kit)
  • Personnalisable
  • Performance bureautique
  • Evolutif par le SSD

Points négatifs

  • Le prix (si non nu)
Design/Finition
Performance (bureautique)
Performance (jeux)
Silencieux
Packaging
Dissipation thermique
Ergonomie

Rédacteur (Spécialiste Jeux-Vidéo) - Jeune quarantenaire, j’ai vécu les débuts du jeu vidéo des années 70, le Super 8 et les disquettes 5’1/4. Bref un jeune geek avant l’heure, mais comme les autres compères du Café du Geek, je suis passionné des nouvelles technologies, de livres et de BD, ainsi que de demoscene. Mais comme disait K. Dick, la réalité n’est qu’un point de vue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.