Test – PS4 – Ticket to ride en Playlink : vous avez les cartes en main

Le Studio et éditeur Asmodée Digital adapte un grand nombre de jeux de plateaux à succès en format digital. Avec « Ticket to ride », il s’attaque au Playlink de la PS4 avec une nouvelle approche du jeu.

Les aventuriers du rail, le jeu original

Ainsi, le jeu « Ticket to ride » ou les aventuriers du rail dans la langue de Molière est un hit. Car ce jeu est un best-seller et a obtenu un grand nombre de prix lors de salons de jeu. Comme l’As d’or à Cannes en 2005 et jeu de l’année en Allemagne en 2004.

Or ce jeu de plateau se compose de plusieurs choses : un plateau représentant la carte ferroviaire des USA, 240 pions wagons et 110 cartes wagons de différentes couleurs. Enfin 30 cartes objectifs qui définiront les lignes que les joueurs devront obtenir.

Connexion Smartphone

Découverte du jeu et présentation du gameplay

Dans Les Aventuriers du Rail, les joueurs se font concurrence pour connecter différentes villes en s’appropriant une partie du réseau ferré américain.

USA-début de partie

En conséquence, le but du jeu est simple, avoir le plus de points accumulés en fin de partie. Le principe du jeu est simple, il suffit de remplir des objectifs en reliant une gare à une autre avec des wagons de votre couleur. Ainsi, l’on peut poser ses wagons, si l’on possède les cartes wagons d’une même couleur que les rails de la voie ferrée.

Smartphone-Les objectifs

De plus, au début du jeu, chaque joueur peut garder les 3 cartes objectifs que l’on lui propose ou n’en conserver que 2. Bien sûr, on peut en reprendre en cours de partie.

Principe d’un tour de jeu de « Ticket to ride »

Alors le principe d’un tour de jeu est simple, il y a trois actions possibles durant ce dernier.

  • Ainsi, on peut prendre des cartes wagons. Soit deux de couleurs déterminées, soit une seule multicolore qui représente une locomotive et remplace un wagon de la couleur que vous voulez.
  • Autrement, vous pouvez prendre possession d’une route en posant le nombre de wagons de la bonne couleur pour relier les deux villes.
  • Ou vous pouvez prendre une carte objectif ayant des destinations supplémentaires pour relier deux villes distantes.

USA-en cours de partie

Le but du jeu

Autre aspect de la stratégie avec le but du jeu est d’obtenir le plus de points et l’on gagne des points de trois manières.

  • Premièrement, en capturant une route entre 2 villes.
  • Deuxièmement, en reliant par une route, en continu, les deux villes d’une carte Destination.
  • Et troisièmement, en réalisant le chemin le plus long.

Pour terminer, les points sont enlevés, et non gagnés, si deux villes d’une carte Destination conservée par le joueur ne sont pas reliées en continu à la fin du jeu.

Smartphone-ingame

Un Playlink fidèle au jeu de plateau original

Ici la version Playlink est un plus, car on installe l’application mobile et l’on lance la console PS4 en parallèle. Que l’on joue seul ou jusqu’à cinq, chaque joueur aura son propre jeu de cartes et les joueurs adverses ne voient rien de votre main. Ainsi, c’est lors des tours de jeu successifs que se dessinent les stratégies et objectifs de chacun.

Smartphone-menu

Or une partie dure entre 30 minutes et une heure. De plus, comme c’est la console PS4 qui fait les décomptes de points, de la route la plus longue et des objectifs atteints ou non, c’est tranquille.

Smartphones-Action sur console

Donc les joueurs n’ont plus qu’à se concentrer sur leur action et celles des autres visibles à l’écran. Un très bon jeu avec une direction artistique identique au jeu de plateau original. Enfin, la musique et les bruitages sont très fidèles au thème du jeu. Une réussite pour la transposition de ce jeu de plateau en version jouable sur console et avec quelques smartphones en plus.

Les plus du Playlink

Après si l’on compare avec le jeu de plateau, c’est très fidèle, mais comme on est sur du dématérialisé et bien il y a plus. Et le plus, c’est la carte de la France que l’on peut jouer sur le continent européen. Là, les règles sont un peu plus complexes, car il y a les rails à poser en plus avant de faire circuler des trains de la même couleur.

Par rapport, à la version Android de « Ticket to ride » datant de quelques années, ce n’est que la composante smartphone qui est différente. Mais il est évident que l’ajout du playlink et de jouer à plusieurs est un plus indéniable.

Voici les étapes pour se connecter avec le smartphone :

En conclusion

La version de base de Ticket to ride sur Playlink est très sympathique à jouer, que ce soit seul ou à plusieurs. Pour 19,90 €, vous avez seulement droit à deux cartes de jeu, les USA et la France. Après, c’est sur des achats de cartes en plus via des DLC que vous pourrez étoffer le jeu. Alors comme dans la version plateau, il faut acheter des variantes pour varier les parties. Mais si l’on juge sur les seules deux premières cartes et l’usage du playlink, le plaisir du jeu reste intact.

Playlink

Ticket to ride sur Playlink est au prix de 19,99€ sur le playstore de Sony.

Pour avoir toutes les cartes du jeu, il existe le First Class Pack.

A ticket to ride

19.99
8.6

Scénario

9.0/10

Graphismes

8.0/10

Sons

8.0/10

(Re)-jouabilité

9.0/10

Ergonomie

9.0/10

Points positifs

  • Transcription fidèle du jeu de plateau
  • Ajout de 9 nouvelles cartes avec le first class pack
  • Le playlink est judicieusement utilisé pour la partie carte
  • La durée de vie illimitée des parties entre amis
  • Très simple et facile avec des smartphones récents
  • Accessibilité immédiate
  • Très bon tutoriel

Points négatifs

  • La nécessité d’acheter des extensions pour augmenter la durée de jeu à l’infini
  • L’IA est assez nulle
  • Déconnexion intempestive sur les vieux smartphones (problème de bluetooth ou de stabilité système du smartphone)

Rédacteur (Spécialiste Jeux-Vidéo) - Jeune quarantenaire, j’ai vécu les débuts du jeu vidéo des années 70, le Super 8 et les disquettes 5’1/4. Bref un jeune geek avant l’heure, mais comme les autres compères du Café du Geek, je suis passionné des nouvelles technologies, de livres et de BD, ainsi que de demoscene. Mais comme disait K. Dick, la réalité n’est qu’un point de vue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.