Test – Resident Evil 2 : un remake sang fautes

La saga Resident Evil aura marqué toute une génération de joueurs dont votre modeste rédacteur. La série de Capcom aura eu des hauts avec les deux premiers épisodes, le quatrième qui fut l’un des pionniers de la reconquête Game Cube. Sans oublier le septième qui est sans aucun doute le plus dérangeant. Qui dit haut dit bas : Le cinquième opus totalement pollué par l’IA de Sheva Alomar, la partenaire du joueur dans le jeu solo. L’épisode six qui est bogué et loin d’être palpitant, limite ennuyant. Les autres épisodes sont tout juste moyens sans grande imagination sauf peut-être Code Veronica.
Bien entendu ce point de vue n’engage que le rédacteur, tous les goûts sont dans la nature.

Capcom

Le renouveau de Resident Evil 2

Pour ce remake, Capcom a fait les choses en grand. Le RE engine qui est le moteur graphique de RE7 a été réutilisé. Ce dernier ayant fait ses preuves, il prouve qu’il a encore du potentiel. Mais attention, il ne s’agit pas d’un remake HD du jeu de 1998. Capcom nous a habitués à ressortir des compilations de ces anciens opus avec des graphismes retravaillés.
Dans cette version l’ensemble du jeu a été revu. Par exemple fini les plans de caméra fixe, place à de la full 3D. Que les aficionados se rassurent, bien que le jeu soit totalement intégralement refait, il conserve ses racines horrifiques.

Resident Evil 2

Un peu d’histoire

Dans la continuité du premier épisode, les zombies envahissent le monde. Sauf que cette fois, l’invasion ne se limite pas au manoir Spencer perdu dans les bois. L’horreur envahit les rues de Racoon City, là où se situe le laboratoire de recherche de la tristement célèbre société Umbrella. Deux héros sont en route pour la ville plongée dans le chaos, mais ils ne le savent pas encore. Leon S. Kennedy, un policier fraîchement nommé au Raccon City Police Department qui est en route pour son premier jour de travail. Claire Redfield, une baroudeuse à la recherche de son frère Chris Redfield dont elle n’a plus de nouvelles depuis plusieurs semaines. Les amateurs de la licence auront reconnu le nom d’un des protagonistes du premier Resident Evil.

Tous les deux se rencontrent par hasard à la station-service quelques kilomètres avant l’entrée de la ville. Et c’est là qu’ils tombent sur les premiers zombies. Après quelques péripéties, ils s’échappent de justesse et décident de se mettre en route pour le commissariat de Raccon City. Mais un accident les sépare à leur arrivée, chacun partira de son côté pour rejoindre le commissariat. Et c’est a ce moment que votre aventure commence. Cette dernière est donc divisée en deux. Les deux personnages se croisent brièvement quelques fois durant l’aventure, mais il n’y a pas d’interaction entre eux.

Plus qu’un remake, presque un nouveau jeu

Les amateurs de la première heure comme votre serviteur ne seront pas déçus. Bien que le jeu se base sur le second épisode de 1998, il a tellement été retravaillé qu’on le redécouvre avec plaisir. Et nous sommes même à la recherche d’éléments qui nous feront faire un retour dans le passé. Difficile de trop s’étendre pour éviter de spoiler les personnes qui ne connaissent pas Resident Evil 2, mais sachez que tous les personnages et monstres de l’opus original sont présents : Ada Wong, le couple Birkin, les lickers, etc. Bref, vous ne serez pas dépaysés.

Comme le jeu original, la quasi-intégralité de l’aventure se déroule dans l’immense commissariat et ses sous-sols. Bien entendu, vous aurez l’immense joie de découvrir les égouts de Raccon City et le laboratoire d’Umbrella Corporation. La nouveauté est bien présente et chaque aventure vous occupera entre 6 et 7 heures.
A noter que des modes additionnels sont présents dans le jeu, depuis quelques semaines. Ces derniers sont parfaits pour continuer l’aventure après les quêtes principales.

Au niveau de la réalisation, ça donne quoi ?

Très honnêtement le RE Engine fait un superbe job, le jeu est splendide enfin si on peut dire ça d’un jeu de zombies. Les effets d’éclairages sauront vous mettre dans l’ambiance. Capcom nous offre un jeu aux petits oignons. Le travail fait avec le moteur est très intéressant. Au niveau ambiance sonore, le jeu a été testé sur Xbox One S avec un casque Plantronics le tout en Dolby Atmos. Nous pouvons vous assurer que le moindre grincement, craquements ou autres bruits suspects accentuaient la pression. L’excellent travail des sound designer est également l’une des forces du jeu.

La maniabilité est à mille lieues de celle de l’époque, heureusement d’ailleurs. Après presque un quart de siècle, c’était obligatoire. Pour rappel, à l’époque le personnage ne pouvait pas tirer en bougeant. Et diriger le personnage demandait une certaine habitude même en 1998. Aujourd’hui, plus aucun problème, tout répond parfaitement et c’est d’ailleurs très important. Il est souvent plus malin d’éviter les ennemis que les combattre.

Conclusion

Il y a beaucoup d’attente autour de ce remake et surtout beaucoup d’appréhension. Mais les équipes de Capcom ont fait le job en respectant l’original et en lui apportant un vent de fraîcheur (putride ?). Ce jeu est une réussite, nous vous le recommandons. Que vous soyez des amateurs de la licence ou pas. Tout le monde y trouvera son compte.
Le jeu est disponible sur PS4, Xbox One et PC sur Amazon. Vous trouverez ci-dessous les liens pour vous l’offrir.

Resident Evil 2 Remake

44,99€
8.9

Graphisme

9.0/10

Bande Son

9.0/10

Jouabilité

9.0/10

Durée de vie

8.5/10

Points positifs

  • Réalisation
  • Dolby Atmos
  • Fidèle et novateur à la fois

Points négatifs

  • Durée de vie

Rédacteur (Spécialiste Montre Connectée) - Vieux trentenaire bien avancé qui a connu les début de la micro informatique, les vinyles et les walkman auto reverse Bass Boost. Passionné des nouvelles tech, les ordinosaures, le JV, les mangas, les animés. Un peu de nerd, un peu de nolife, un peu d'otaku = 100% moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *