[TEST] Saints Row: Gat Out Of Hell

maxresdefault

Éditeur : Deep Silver
Genre : Action,Aventure
Date de sortie : 23 Janvier 2015

Après la folie spatiale qui caractérisait Saints Row IV, de nombreux fans se demandaient jusqu’où nous irions… La réponse est simple : on va se faire le diable. Incarnez Johnny Gat ou Kinzie Kensington et semez le chaos dans les enfers au cours d’une quête pour sauver l’âme du chef des Saints. Des lieux emblématiques, de vieux amis, des ennemis encore plus vieux, un flingue qui parle, une bande-son digne d’un long métrage et un tas de grand n’importe quoi… Voici tout ce à quoi vous aurez droit dans cette extension autonome en monde ouvert intitulée Saints Row: Gat Out Of Hell.

Dans ce stand-alone (possibilité de jouer sans posséder le jeu Saints Row IV), le scénario est tel que le président des Etats-Unis est kidnappé par le roi des Enfers, Satan. Johnny Gat et Kinzie décident alors de partir à l’aventure pour sauver leur chef, le tout déguisé en ange gardien, c’est à dire avec des ailes. Pour cela ils devront provoquer sa colère afin de le défier et ainsi l’anéantir. Cependant, le but de Satan est de marier ce fameux président à sa fille du nom de Jezabel. Dès le début, un personnage nous apprend comment utiliser et se guider avec nos ailes, il est certain qu’à la différence du jeu, voler et plus difficile que courir. Ensuite, pour arriver jusqu’au dernier jugement et provoquer la colère du méchant Satan, vous aurez en tout et pour tout 4 quêtes à faire. Vous rencontrerez Shakespeare propriétaire d’une boîte de nuit, Barbe Noire sur son bateau, Vlad qui patiente dans son chateau et les « Jumelles » dans un entrepôt. Bien que le jeu dure plus de 6h, les missions ressemblent étrangement à des quêtes secondaires que nous retrouvons dans le jeu et elles se répètent… Quant au scénario, peu de détail et des cinématiques que nous cherchons encore.

Pour ce qui est de la ville, comme à son habitude, Saints Row nous fait voyager dans une ville qui ressemble étrangement à celle de Saints Row 3, Steel Port. Dans cette ville, outre le fait qu’il y a des magasins d’armes et de la customisation comme dans SR4, on s’ennuie vite, très vite et on remercie les quêtes d’être présentes. Par contre, il y a quelques nouveautés à la sauce des créateurs de Saints Row comme le fauteuil gatling qui avait surpris les rues de Londres dans une campagne de pub réussie (si vous voulez la vidéo). On retrouve également le lance grenouille explosive ou encore une arbalète… On retrouve vraiment l’univers dans ce stand-alone et on apprécie jouer ces quelques heures.

Comme vous avez pu le constater, Saints Row a eu le plaisir d’être porté sur console next-gen, ce qui permet ainsi de vendre le jeu en 1080p 60fps. Un grand pas me direz vous, peu sont à le faire mais malheureusement, nous gardons le moteur graphique des anciennes consoles et le jeu a du mal à se montrer sous son plus beau jour lorsque l’on fait cracher la gatling. La texture n’a pas changée, les graphismes sont toujours dans le même style, on aurait aimé retrouver de la nouveauté ou une amélioration dans les détails des personnages.

Saints Row: Gat out of Hell_20150214145457

Saints Row: Gat out of Hell_20150224173234

Ainsi, Saints Row Gat Out Of Hell n’est rien d’autre qu’une suite du jeu reprenant les graphismes d’anciennes consoles et les personnages. Voler et battre des ailes à travers ces 6 heures de jeu peut paraître plaisant la première fois mais une fois terminé, il sera ennuyant de continuer. Personnellement, je conseillerais ce jeu aux adeptes de la saga et à ceux qui veulent passer un moment de délire ! Le jeu est disponible au prix de 20€ sur PS3/Ps4, Xbox 360/Xbox One et PC.

Taux de caféine :

Durée de vieetoiles3Graphismeetoiles3
Audioetoiles4Jouabilitéetoiles4
Globaletoiles4

Rédacteur en chef - 22 ans et diplômé en marketing, management et communication. La technologie est une passion, le marketing est mon métier. Je passe mon temps à lancer des projets. Sur le site, je dédie des heures aux rédacteurs pour apporter le nécessaire à la rédaction. Retrouvez moi sur LinkedIn ou Twitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.