Test – Switch – Gris, l’un des jeux majeurs de l’année 2018

Gris est un jeu développé par Nomada Studio et édité par Devolver Digital. Il est sorti le 13 décembre 2018 et s’apparente à un cadeau tombé de la hotte du Père Noël.

La couleur Rouge
La couleur Rouge

Premières impressions d’un jeu terne en couleurs

Comment décrire les premières impressions dans Gris. Tout est dans le ressenti, avec une jeune fille que l’on voit et pour laquelle on ressent de l’empathie dès les premiers instants de partage de son aventure hors du commun.

La statue
Encore la statue

Dans un sens, Gris porte bien son nom, du moins au début, car tout est terne, comme la couleur grise qui est synonyme de dépression d’après des études. De plus, ce sentiment est encore amplifié par la musique qui enveloppe le joueur par sa profondeur et avec son côté orchestral.

Très belle statue au coeur de l'aventure
Une très belle statue ou déesse

Enfin, les animations de la statue féminine, une déesse ? Cela rappelle fortement la couverture de « And Justice for All » de Metallica. Avec ce côté déliquescent de la statue de la liberté.

Un gameplay fignolé aux petits oignons

A propos du gameplay, le jeu n’est pas en reste, car ce dernier est très simple. Mais il n’en reste pas moins qu’il y a quelques découvertes lors de la progression dans le jeu.

Contre vous le vent
Pour combattre les éléments, ici, le Vent

Ainsi, l’on peut se déplacer en se transformant en cube. Ainsi l’héroïne devient beaucoup plus lourde et se déplace bien plus lentement. Cela est amusant, car l’on ne voit plus que ses pieds et sa tête.

Sous forme de Cube
Transformation en Cube

Mais, il y aussi la lutte contre les éléments comme le vent, puis plus tard contre l’eau et enfin contre le temps. Tout cela concourt à donner un gameplay renouvelé et jouissif. Et il ne faut pas en dire plus pour laisser la surprise aux joueurs

De la musique et de l’environnement sonore

A contrario, du côté de la musique, Gris est plein de couleurs et de sons. Car la bande originale de Gris est un chef d’œuvre à découvrir d’urgence. Ainsi quand on ne connaît pas le jeu avec sa musique, on comprend moins l’immersion que cette dernière provoque chez le joueur.

Un peu plus près des étoiles- puzzle game
Et si le design est aussi beau que la musique

Si l’on est mélomane et que non joueur, la bande son de Berlinist, est une petite merveille d’orchestration. Mais si l’on réécoute la musique dans son fauteuil après une session de jeu juste avant, on se remémore des parties du jeu et c’est là que l’on approche de la perfection qu’est Gris.

Autre monde
Autre monde à explorer

Des graphismes et des animations

Encore un peu plus proche de la toile de maitre, la maitrise des palettes de couleurs des différents tableaux composant les niveaux du jeu. Et c’est là que l’on voit l’expertise des graphistes à l’œuvre chez Nomada Studio.

Nouvel ennemi
Un nouvel ennemi

 Car chaque niveau du jeu se décline sur l’introduction d’une nouvelle couleur ou de ses dégradés. Cela donne une empreinte très forte à Gris et surtout c’est encore amplifié par les animations ou les effets de clairs obscurs que le joueur découvre au fil de cette épopée.

Existence de zoom sur le personnage
Existence d’un zoom et dezomming sur le personnage

De l’état de l’Art

Pour conclure sur ce petit chef d’œuvre, Gris n’est terne que dans son titre, car plus on avance dans le jeu, plus les couleurs apparaissent. Et à la fin, entre les animations extraordinaires et proches d’un film d’animation, la musique orchestrale et envoutante.

Passage dans une autre couleur
Passage à une autre couleur

Que dire, je n’ai pas de mot, il faut y jouer pour ressentir tout le travail fourni par Nomada Studio et qui promet une attente de leur prochain titre. Enfin, les clichés ou inspirations proviennent d’autres chefs d’œuvres du jeu vidéo.

Ainsi, on se surprends à reconnaitre une scène vécue dans Journey et que l’on ne revoit pas en 3D, mais en 2D avec des chartes graphiques proches du jeu de That Game Company. Ainsi, Nomada Studio défini un état de l’art dans le plateformer 2D avec sa maitrise parfaite de toutes les composantes d’un jeu vidéo : les graphismes, la musique et le gameplay, tout cela formant un tout qui tend vers l’harmonie.

Gris

16,99 €
9.4

Scénario

9.0/10

Graphisme

10.0/10

Sons

10.0/10

(Re-)jouabilité

9.0/10

Ergonomie

9.0/10

Points positifs

  • La direction artistique proche du chef-d’œuvre
  • La musique à tomber par terre
  • Les animations superbes et qui immergent le joueur dans ce tableau animé
  • Les couleurs qui redonnent de la vie à l’univers du jeu
  • Le gameplay extraordinaire et hautement addictif
  • Les clins d’œils ou inspirations de Journey, d’Ico ou encore Shadow of The Colossus

Points négatifs

  • Le jeu se termine trop vite
Test – Switch – Gris, l’un des jeux majeurs de l’année 2018
94%

On se surprends à reconnaitre une scène vécue dans Journey et que l’on ne revoit pas en 3D, mais en 2D avec des chartes graphiques proches du jeu de That Game Company. Ainsi, Nomada Studio défini un état de l’art dans le plateformer 2D avec sa maitrise parfaite de toutes les composantes d’un jeu vidéo : les graphismes, la musique et le gameplay, tout cela formant un tout qui tend vers l’harmonie.

  • Scénario90%
  • Graphisme100%
  • Sons100%
  • (Re-)jouabilité90%
  • Ergonomie90%
User Rating: 0 ( 0 Votes )

Rédacteur (Spécialiste Jeux-Vidéo) - Jeune quarantenaire, j’ai vécu les débuts du jeu vidéo des années 70, le Super 8 et les disquettes 5’1/4. Bref un jeune geek avant l’heure, mais comme les autres compères du Café du Geek, je suis passionné des nouvelles technologies, de livres et de BD, ainsi que de demoscene. Mais comme disait K. Dick, la réalité n’est qu’un point de vue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.