Cinéma

The Climb : critique d’une amitié cruellement inébranlable

L’amitié est un sentiment très fort qui se révèle être une bénédiction, mais parfois un lourd boulet. Un cadeau certes, mais parfois un fardeau… Voilà ce qu’essaye de nous faire comprendre The Climb, premier long-métrage de Michael Angelo Covino. Un projet très personnel qu’il a co-produit et co-écrit avec son ami Kyle Marvin. Et cette empreinte personnelle se voit jusque dans les noms des personnages que, de plus, ils incarnent.

Mike et Kyle sont meilleurs amis. Kyle est heureux car il va bientôt se marier avec une française, Ava. Mais lors d’une balade en vélo dans le sud de la France, Mike avoue à Kyle qu’il a déjà couché (et couche toujours) avec elle. Cet aveu devrait rompre leur amitié, mais au fil de leur vie, plusieurs évènements vont les rapprocher encore et toujours…

Image du film The Climb

Un récit doux-amer portée par une superbe réalisation

The Climb se découpe en sept chapitres, voulus comme des actes de pièce de théâtres par Covino et Marvin. Chacune de ces séquences possèdent chacun un lieu de déroulement et ses personnages. Rien que la première constitue une parfaite introduction à l’univers du film, à ses personnages et aux relations qu’ils entretiennent ainsi qu’à l’humour, dont nous parlerons plus tard. Tous ces chapitres forment une chronique douce-amère où nous suivons peu à peu la vie de Kyle et Mike. Nous voyons à quel point, malgré la toxicité de leur relation, il ne peuvent pas se quitter et s’entraident encore même.

Ces chapitres sont parfaitement filmés dans des plan-séquences clairs et fluides qui participent grandement à l’humanisation des personnages. La clarté de la réalisation dépeint en effet sur l’action, nous faisant ainsi parfaitement comprendre les sentiments de Kyle et Mike et leur relation (la réalisation traduisant très bien leurs non-dits, par exemple).

Des personnages humains et très bien interprétés

Malgré la gravité de la situation qu’affrontent Kyle et Mike, Michael Angelo Covino les filme avec beaucoup d’empathie et même une certaine délicatesse. C’est en cela que l’on prend plaisir à suivre ces personnages parfois idiots et pathétiques par leur laxisme ou leur égoïsme, mais pourtant attachants. On s’intéresse à eux au cours de ce récit ponctuée de nombreuses références à la France (dans la musique, la présence de Judith Godrèche et l’une des séquences où l’on peut voir un extrait d’un film de Pierre Étaix).

On s’intéresse également à leur évolution au fil de leur vie (ou plutôt leur tentative d’évoluer). Et c’est dans cette évolution par ailleurs que le film en profite pour dépeindre la société américaine au niveau de la famille. Mais aussi la dépression par le personnage de Mike ou la masculinité par le personnage de Kyle.

Par ailleurs, Michael Angelo Covino et Kyle Marvin sont vraiment excellents et nous livrent de superbes prestations. Autre très bonne performance, celle de Talia Balsam, interprète de Suzi, la mère de Kyle. Si son personnage n’est que secondaire, on retient le peu de temps qu’elle a à l’écran, notamment une certaine discussion avec Mike.

Image du film The Climb

Un humour qui fait magnifiquement rupture

Mais The Climb est avant tout une comédie, et une très bonne comédie. L’humour du film repose sur plusieurs choses, mais souvent sur des situations d’abord normales, mais filant droit vers un absurde parfois hilarant. Encore une fois, le premier chapitre nous donne parfaitement le ton. Ces moments absurdes sont les plus drôles du film dans leur capacité à rompre avec le réalisme du film et à alléger les situations sérieuses et terre-à-terres. De plus, le film possède une superbe écriture avec notamment quelques dialogues du film où l’on retrouve quelques punchlines bien senties.

En conclusion…

The Climb est donc une chronique douce-amère, tour à tour délicate, mélancolique et drôle sur deux hommes amis pour la vie malgré eux. La réalisation est parfaitement fluide et soignée et l’on prend plaisir à suivre ces deux personnages génialement pathétiques, profondément humains et magnifiquement interprétés dans une histoire d’amitié cruellement éternelle où l’humour absurde fait souvent mouche. En somme, une bonne comédie dramatique à voir en ce début de mois d’août !

Affiche du film The Climb
Tags
cinéma critique film the climb

Matteo.S

Universitaire à Rennes, j'aime bien le cinéma. Oui, j'aime bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page