Dossiers

ChatGPT, tout sur ce phénomène inédit

ChatGPT fait actuellement le buzz sur Internet. Beaucoup le voient comme une révolution mais qu'en est-il vraiment ?

OpenAI, l’entreprise de recherche en intelligence artificielle qui a créé ChatGPT a vu le jour en 2015. Parmi ses premiers investisseurs figurent Elon Musk, Peter Thiel, le cofondateur de LinkedIn Reid Hoffman et Sam Altman, qui est actuellement à la tête de l’entreprise. À l’origine, elle était une association à but non lucratif. OpenAI est actuellement valorisée à 29 milliards de dollars (soit environ 26 milliards d’euros). Microsoft a procédé à un premier investissement d’un milliard de dollars (soit environ 915 millions d’euros) en 2019. La start-up est depuis devenue une entreprise à but lucratif.

GPT-1, la première version de GPT, était capable de générer du texte cohérent à partir de quelques phrases d’entrée. Depuis, plusieurs autres versions ont été publiées, chacune étant plus puissante que la précédente. La dernière en date est GPT-4. Néanmoins, le chatbot prête à controverse, notamment en termes d’utilisation des données personnelles.

ChatGPT en Français pour les conversations en ligne

ChatGPT est un modèle de langage développé par OpenAI basé sur l’architecture GPT (Generative Pre-trained Transformer). GPT-3 a été annoncé en juin 2020. Ce bot est basé sur l’architecture GPT-3 et utilise une intelligence artificielle (IA) conversationnelle, d’où le préfixe « chat ». Il a donc été spécialement conçu pour les conversations en ligne. Le système de texte génératif est alimenté par diverses sources, dont des informations regroupées sur le Web, des publications Reddit, des livres, etc.

Depuis son lancement officiel en novembre 2022, ChatGPT a été utilisé dans toutes sortes de domaines. Le nombre de ses utilisateurs augmente de manière exponentielle. Selon Similarweb, le robot conversationnel disposait de 101 millions de comptes en janvier, 153 millions en février et plus de 186 millions en mars. Ces chiffres reposent « sur la base du nombre de personnes utilisant le service au moins une fois par mois », précise le cabinet d’études.

Microsoft a entamé la troisième phase de sa collaboration avec OpenAI en janvier, en investissant plusieurs milliards de dollars. Les deux parties se sont engagées à commercialiser les produits issus des technologies exploitant l’IA qu’elles auront développées ensemble, mais chacune de son côté. Le contrat stipule, entre autres, que la firme de Redmond développera alors son activité IA et Microsoft Azure deviendra le fournisseur cloud exclusif d’OpenAI.

Un nouveau bot plus performant

OpenAI a lancé GPT-4 le mois dernier. Il s’agit de la dernière version de ChatGPT. Cette nouvelle mise à jour constitue un pas de plus vers des programmes informatiques encore plus performants. L’entreprise promet que le chatbot sera « plus créatif et plus collaboratif que jamais ».

Afin de le démarquer de ses prédécesseurs, ce nouveau modèle a été équipé de la vision, fruit d’une coopération avec la start-up Be My Eyes. Toutefois, il ne génère encore que du texte. Actuellement, seuls les utilisateurs de ChatGPT Plus, la version payante du chatbot, et les internautes ayant accès au nouveau Bing, peuvent tester cette dernière version, mais sans le traitement d’images pour l’instant.

ChatGPT soulève des questionnements

L’engouement sans précédent créé par ChatGPT a entraîné une course à l’IA générative. Sa progression fulgurante soulève pas mal d’inquiétudes. Beaucoup craignent et se demandent aussi si ces technologies vont à long terme remplacer les humains. De plus, il ne faut pas écarter la possibilité que ces dernières puissent être utilisées à des fins négatives.

Afin de rassurer l’opinion, l’entreprise a annoncé avoir engagé plus de 50 experts. Ceux-ci sont chargés d’évaluer les nouveaux dangers potentiels. Leurs retours devraient aider à améliorer cet algorithme. « Nous avons notamment récolté des données supplémentaires pour nous assurer que GPT-4 refuse les requêtes d’utilisateurs sur la fabrication de produits chimiques dangereux », a déclaré OpenAI.

Non-respect du RGPD européen

L’utilisation par ChatGPT des données personnelles est également au centre des préoccupations. Plusieurs autorités gouvernementales ont commencé à se pencher sur le sujet. Le Comité européen de la protection des données (CEPD) a même lancé un groupe de travail sur ChatGPT. Une première étape qui devrait aboutir à une politique commune sur l’établissement de règles de confidentialité sur l’IA. Le Parlement Européen devrait voter très prochainement la proposition de règlement qui encadre l’intelligence artificielle en Europe.

En France, des plaintes ont été adressées à la CNIL pour non-respect du RGPD (Règlement général sur la protection des données). Ce texte s’applique à toutes les entreprises qui collectent, gardent et traitent des données personnelles de citoyens de l’UE. Et ce, même si elles sont basées en dehors de l’Union. Le 13 avril, l’Espagne a aussi annoncé l’ouverture d’une enquête sur ChatGPT.

Le 31 mars, le régulateur italien, la Garante, a lancé un ultimatum à ChatGPT. Celle-ci lui reprochait de collecter massivement des données personnelles des Italiens pour entraîner ses IA. Elle a aussi pointé du doigt l’absence de protection contre l’usage de l’outil par des personnes mineures. En réaction, OpenAI a suspendu la distribution de ChatGPT, en attendant de régler le problème. Suite aux efforts fournis par la start-up, le chatbot est de nouveau disponible sur place, depuis ce vendredi. La Garante a donné acte le 28 avril « des pas en avant accomplis pour conjuguer le progrès technologique avec le respect des droits des personnes ».

OpenAI propose des solutions

En réponse à toutes ces critiques, OpenAI a publié un formulaire dédié, pour que tous les utilisateurs puissent demander à ce que leurs données personnelles mentionnées par ChatGPT soient supprimées. La start-up prévoit également de proposer un autre formulaire afin que leurs données personnelles ne soient pas utilisées dans l’entraînement des IA.

L’entreprise travaille aussi sur une nouvelle souscription appelée ChatGPT Business qui sera dédiée « pour les professionnels qui ont besoin de plus de contrôle sur leurs données ainsi que pour les entreprises qui cherchent à gérer leurs utilisateurs finaux ».

Quant à la question de l’accès à sa plateforme pour les personnes mineures, OpenAI a annoncé l’ajout d’une étape de confirmation qui sera simplement déclarative de l’âge lors de la première utilisation du service. Ensuite, la date de naissance des utilisateurs sera enregistrée lors de leur inscription.

Arielle

Bavarde avec ma plume, mais introvertie par nature, je baigne dans l'univers de la rédaction depuis plus de cinq ans. Bien que je sois polyvalente dans les thèmes à traiter, j'ai une familiarité accrue pour le high-tech. J'espère que ma plume saura vous divertir tout en vous informant !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page