Raspberry Pi, toujours une longueur d’avance

Dans une récente note de blog, l’équipe à l’origine du Raspberry Pi a annoncé la vente de leur 2 millionième Pi.

L’occasion de revenir sur la fulgurante ascension de cette machine singulière.

Le Raspberry Pi (Source: RaspberryPi.org)

L’historique

Au départ, en 2006, l’idée d’un ordinateur à bas prix, qui pourrait permettre de démocratiser l’apprentissage de l’informatique dans les écoles, germe dans les cerveaux de plusieurs chercheurs de l’Université de Cambridge.

Ils mettent au point plusieurs designs, avec pour but de créer une plateforme ouverte, permettant de faire tourner un environnement principalement orienté vers le développement.

En 2008, le rapide développement des processeurs « mobiles », porté par le succès des smartphones , ouvre la voie vers un projet réalisable, car financièrement abordable, et les hommes à l’origine de l’idée, rejoints par des experts de plusieurs domaines (Hardware, production…) créent la Fondation Raspberry Pi. Ils continuent le développement de leur machine, se basant sur les puces ARM.

Les travaux de cette fondation prennent vie 3 ans plus tard quand, grâce au partenariat avec RadioSpare et Farnell, les modèles A puis B sont mis en production.

Les caractéristiques singulières de ce modèle B, ainsi que son caractère résolument open source (tout le design Hardware est disponible en ligne) et son prix surprenant de 35 $ font vite connaitre le projet à travers le monde, et les précommandes dépassent toutes les espérances. Revers de la médaille, les temps de livraison sont parfois un peu longs, mais les ventes du Pi atteignent le million en à peine un an.

Les chiffres

Le Raspberry Pi (modèle B), c’est d’abord un PC de la taille d’une carte de crédit pour 45 gr., doté d’un CPU ARM 700 MHz (overclock à 800Hz sous garantie) et 512 Mo de RAM (156 pour le modèle A).

Doté de ports hdmi, RCA Composite, jack, USB, Ethernet (B uniquement), pour un usage classique, il propose aussi des ports CSI / DSI pour les extensions, et un port GPIO pour la bidouille, à l’instar de son cousin italien Arduino.

Enfin, il tourne sous systèmes Linux, Debian (Raspbian), ou Fedora, ce qui a fédéré une communauté de passionnés qui se le sont accaparés pour en tirer le meilleur.

Les usages principaux

Sans but d’être exhaustif, voici quelques exemples d’usages répandus du Raspberry Pi, pour donner une idée ou donner envie de s’y mettre.

RaspBMC est surement le plus connu. Il s’agit d’une distribution allégée, optimisée pour faire tourner le gestionnaire de contenu XBMC et transformer votre télé en Média Center connecté.

Raspbian mérite sa place ici, étant la distribution proposée par défaut. elle permet de profiter d’un environnement Linux stable, et d’en faire un PC certes limité en performance (on se situe dans les niveaux de performance d’un PC sous proc. céleron) mais parfait pour coder et découvrir Linux.

WebServers : de nombreux exemples de Serveurs Web basés sur le Pi sont disponibles en ligne. Dans la même idée, on peut aussi le convertir en relais TOR (Onion Pi) ou en serveur Minecraft!

Arcade: je dois bien l’avouer, j’ai un faible pour les machines d’arcade qui tournent sous RPi. Là encore, les projets de toutes tailles fleurissent sur le net, comme le NaCade.

Minecraft Pi, enfin, mon préféré. Les gars de Mojang, à force de se voir demander si ils pouvaient adapter leur célèbre jeu sur cette plateforme, ont décidé de proposer une version spécifique. Allégée, gratuite, elle a entièrement été redéveloppée pour tourner sans problème sous Raspbian. Mais ils sont allé plus loin, en proposant également une API, permettant d’interagir avec le jeu depuis l’interface de commande Linux! Une action en jeu peut ainsi être détectée, exécuter des scripts, qui peuvent à leur tour générer ou modifier des blocs dans le jeu, ouvrant ainsi la voie à tout un éventail de nouvelles façons de jouer.

Les accessoires

De nombreux accessoires ont été créés spécifiquement pour le Raspberry Pi par des fabricants tiers, à commencer par de nombreuses cartes d’interface pour augmenter les capacités de la bête.

Les sites comme Element14 et Adafruit pour les plus connus proposent toute une panoplie de kits pour dédier le Pi à un usage spécifique.

De son coté, la fondation Raspberry n’est pas en reste, elle a mis sur le marché en Mai une Camera Board, la RasPiCam, directement interfaçable avec le Pi, permettant la capture vidéo à un prix encore une fois très raisonnable. Dotée d’un capteur 5 millions de pixels permettant de filmer en 1080 p. à 30 img/s (720 p. à 60 img/s), c’est le parfait accessoire pour réaliser une camera de surveillance (et peut-être même qu’on en reparlera…).

La RasPiCam (Source: http://www.raspberrypi-spy.co.uk/)
Le futur

Considéré par beaucoup comme un gadget lors de son lancement, à cause de ses performances limitées, le Raspberry Pi a su très vite trouver sa place chez les bidouilleurs, puis assurer son succès grâce à l’ouverture totale de son système et à une communauté fidèle et chaque jour grandissante.

L’avenir semble donc radieux pour le Pi, qui voit chaque jour fleurir de nouvelles utilisations, comme cet impressionnant scanner 3D !

Jeune Geek de 22 ans, étudiant à Tsinghua University à Pékin en Chine, fan des nouvelles technologies. Je veux vous proposer un contenu innovant à travers mon point de vue. Je suis ici pour vous faire découvrir des accessoires innovants et marrants, je vous testerai la plupart. Je m'occupe du site, de le faire évoluer, de l'équipe mais surtout je suis présent sur un maximum d'événement pour découvrir toujours plus de choses et gens cools ! Et maintenant, je vais vous faire vivre ça depuis un point de vue Chinois !

One Comment

One Ping

  1. Pingback: Quand l'intelligence artificielle s'invite sur le Raspberry | Le Café du Geek

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.