Test – Dragon’s Dogma : Dark Arisen – Le remake loin du renouveau

La société Capcom aime ressortir assez régulièrement d’anciens titres sur les supports Current Gen. Dragon’s Dogma : Dark Arisen fait parti de ceux là. Cet action-RPG est initialement sorti en avril 2013 sur PS3 et Xbox 360, une version optimisée graphiquement est également parue sur PC en 2016. Fin 2017 et 17Go téléchargé plus tard, revoici le jeu sur Xbox One et Playstation 4.

Dragon's Dogma

Une nouvelle cuvée de Dragon’s Dogma

Cette nouvelle version baptisée Dragon’s Dogma : Dark Arisen n’offre pas seulement une refonte graphique, elle intègre les DLC parus à l’époque. Voici quelques exemples d’ajout par rapport à la version standard : 100 nouveaux objets (armes et armures), de nouveaux ennemis, option pour avoir les voix japonaises. Mais s’il ne faut retenir qu’un ajout c’est Bitterblack Isle, ou le Récif de l’Amertume dans la version française. Cette nouvelle île accroit encore plus la grande durée de vie du jeu. Pour faire simple, ce nouvel environnement est un challenge corsé où se retrouvent de nouvelles créatures créées pour cette version. Ce monde souterrain vous donnera du fil à retordre, la mort vous guettera prête à vous ôter la vie.

L’histoire en quelques lignes

Même s’il y a plus profond, Dragon’s Dogma possède une trame scénaristique. Dans ce jeu, le joueur incarne l’Insurgé. Un personnage à la recherche d’un immense dragon rouge qui lui a volé son cœur. Afin de récupérer ce dernier, notre brave héros va suivre un long périple qui lui permettra de s’aguerrir avant le combat final. L’Insurgé ne sera pas seul dans sa quête, il sera aidé de compagnons venus d’un autre monde. Ces êtres appelés “pions” soutiendront le héros dans ses multiples combats.

Dragon's Dogma

Sommes nous tous des pions ?

Les joueurs de la première version reprendront leurs marques très rapidement. L’interface est identique.
Avant de débuter le jeu, il faut créer son héros. Il y a beaucoup de combinaisons disponibles. Chaque joueur pourra créer son propre guerrier qui correspondra parfaitement à son style de jeu. Après le personnage, l’équipe. L’Insurgé a le pouvoir de se rendre dans un autre monde afin d’enrôler des comparses. Mais attention, il ne faut pas faire cela à la légère, un équilibre est à trouver sous peine de se faire vite occire. Je vous conseille de changer régulièrement d’équipe pour pallier aux éventuelles faiblesses dans certaines missions.

Les pions sont créés par le console, mais si vous jouez en ligne, il est possible d’obtenir des pions d’autres joueurs. Cela a pour principal avantage que si le pion à déjà fait la quête avec un autre joueur. Il pourra vous guider dans sa réalisation. Cette gestion des pions est vraiment l’un des fondements du jeu. Par contre, je préfère vous prévenir tout de suite, l’IA est complétement à la ramasse. Nos compagnons agissent parfois comme des demeurés. A coté Sheva de Resident Evil 5 est une surdouée c’est dire.

Dragon's Dogma

Et la réalisation dans tout ça ?

Comment dire ?  J’ai l’impression que le jeu est resté sur PS3 avec un léger lifting. C’est dommage avec la puissance de la génération actuelle, les textures auraient pu être beaucoup plus fines. Le monde ouvert offert par le jeu est désespérément vide. Les quêtes sont parfois insipides et redondantes. Malgré tous ces points noirs, il faut avouer que les combats sont rythmés et plaisants. Son gameplay nerveux saura effacer quelques peu le coté un peu “passé” du jeu. Vous avez devant vous de nombreuses heures de jeu. Au vu de son faible prix, on peut bien mettre de coté ces quelques défauts. Ce n’est pas un mauvais jeu. Il aurait juste mérité un peu plus de travail et de finition.

Dragon's Dogma

Dragon’s Dogma est disponible sur Amazon ici au prix de 20,90€

promo
Dragon's Dogma: Dark Arisen
18 Commentaires

 

[wp-review id=”57081″]

Rédacteur (Spécialiste Montre Connectée) - Vieux trentenaire bien avancé qui a connu les début de la micro informatique, les vinyles et les walkman auto reverse Bass Boost. Passionné des nouvelles tech, les ordinosaures, le JV, les mangas, les animés. Un peu de nerd, un peu de nolife, un peu d'otaku = 100% moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.