Test – Semblance : déformez-vous et votre environnement pour sauver la forêt

Le studio indépendant sud-africain Nyamakop sort aujourd’hui Semblance, un jeu vidéo de plateforme disponible sur Nintendo Switch, Windows et Mac pour 10 €.

Testé sur Mac.

L’histoire

Le topo est simple, la forêt a été corrompue par un petit être de couleur émeraude et votre objectif est bien évidemment de la libérer. Mais ce monde est différent des autres, le sol paraît instable par moment et parfois un petit coup le déformera. Le chemin ne sera donc pas facile pour vous et la réflexion sera de mise !

L’arbre gangréné et notre héros (Squish)

Ce que vous venez de voir, c’est le monde de Semblance, un monde en pâte à modeler, en partie en tout cas. Mais cette fois, vous avez grandi et c’est devant votre écran que votre imagination va devoir faire des merveilles. Le tout petit être au milieu, c’est notre héros (Squish), je vous l’avoue, il n’a pas l’air très spécial, mais peut-être qu’après quelques minutes, d’un seul coup, il vous étonnera !

En bref

Semblance est un jeu de plateforme et de réflexion en 2D où vous allez devoir résoudre des énigmes en modelant votre environnement et votre personne. Il se compose de 4 mondes différents représentés par des arbres gangrénés. La durée de vie du jeu est de 5h pour 17 niveaux.

Gameplay : déformez pour mieux régner

Il a l’air malin finalement, non ?

Comme vous pouvez le voir, ce tout petit être au milieu semble avoir bien compris que pour atteindre son objectif, il fallait modeler le monde qui l’entoure. Vous êtes ici face à la mécanique innovante de ce jeu, la déformation de l’environnement. Pour le moment, ça a bien sûr l’air très trivial mais vous vous en doutez, ce n’est que le début du jeu et la première mécanique.

Les blocs cristallins permettront à Squish de se déformer, soit devenir grand et pouvoir sauter plus haut, soit s’aplatir pour passer sous des structures ou faire des dashs plus longs. Les particules brillantes quant à elles viendront vous empêcher de dasher.

Les mutations de Squish

Pour finir, des faisceaux lumineux inoffensifs viendront réinitialiser l’état de notre héros, mais aussi des plateformes, ce qui peut créer comme vous le voyez ci-dessous, un effet de trampoline.

Trampoline Man

Toutes ces mécaniques ont pour seul but d’obtenir les essences de couleur situées dans le niveau (voir GIF ci-dessus). A terme, votre collection vous permettra de libérer la forêt.

Jouabilité : sautez et dashez sans répit

Squish

La phase de tutoriel et très rapide, on va vous apprendre à sauter, faire des “dashs” (se déplacer rapidement) dans tous les sens et réinitialiser l’environnement que vous avez modelé. Ensuite, vous serez confronté à toutes les mécaniques de jeux sans explication, à vous de faire marcher vos petites méninges afin d’avancer dans le niveau. Au niveau de la difficulté, on est sur quelque chose de très évolutif sans non plus vous frustrer comme un Super Meat Boy. Je reprocherais tout de même quelques déplacements hasardeux de temps en temps (saut ne s’effectuant pas, blocage du personnage) ou passage à réussir au pixel prêt qui m’ont quelque peu gênés durant mon expérience. On a tout de même une fonction de débogage qui nous permet de réinitialiser Squish et donc nous débloquer.

Ambiance : simplicité et douceur

L’ambiance est de mon point de vue très réussi, les graphismes et les bruitages/musiques se mêlent correctement pour créer un questionnement constant tout au long de votre trajet. Où vais-je ? Comment réussir ? QU’EST CE QUE JE DOIS MODELER ? (Moi ? Frustré par certains niveaux ? Non…). Pour les graphismes, on se retrouve avec quelque chose de très lisse qui permet d’appuyer le côté pâte à modeler. Le jeu opte pour des mondes bicolores, c’est-à-dire que deux nuances de couleurs vont être mises en avant durant les différents mondes. On a un univers 2D très riche avec plusieurs perspectives/plans, des particules (feuilles qui tombes, poussières) et des petites créatures un peu partout. De plus, des fresques murales viendront agrémenter l’histoire du jeu tout au long de votre parcours.

La musique accompagnant votre réflexion est à la fois sombre et très relaxante, ce qui rend encore une fois le jeu très mystérieux. Vous êtes intrigué par cet univers, mais à la fois sur la défensive face aux dangers qui vous entourent. Lors de votre périple, vous entendrez souvent des bruits de créatures, des silences parfois, mais le plus souvent ça sera la musique enivrante de Semblance que vous accompagnera.

Avant de vous donner mon avis sur le jeu, un petit teaser pour vous permettre de mieux visualiser les possibilités qu’offre Semblance !

Mon avis

Sans équivoque, Semblance est un jeu indépendant exceptionnel de par son univers et son gameplay. La mécanique de modelage a bien été développée et amène une nouvelle façon de jouer à un plateformer. L’ambiance visuelle et sonore m’a agréablement accompagné à travers les niveaux et m’a offert une immersion totale dans le jeu. Les casse-têtes sont à la portée de tous mais je vous avoue que certains vous feront bien cogiter. Fan de plateformer ou pas, Semblance est une expérience au concept innovant avec un univers unique que je vous conseille de rapidement essayé !

 

Semblance

9,99 €
9.7

Gameplay

10.0/10

Jouabilité

9.0/10

Ambiance

10.0/10

Points positifs

  • Mécaniques de jeu
  • Univers visuel et sonore
  • Prix

Points négatifs

  • Sauvegarde effacée après fin du jeu

Alex, 23 ans, passionné de jeux vidéo indépendants et de nouvelles technologies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.