Test – Switch – The Bradwell Conspiracy : une ambiance un duo et des puzzles

The Bradwell Conspiracy est un jeu du studio A Brave Plan, édité par Bossa Studios UK. Il existe sur de nombreuses plateformes comme l’Apple Arcade, Steam, PS4 et Xbox One. Voici notre test en mode nomade sur la petite Nintendo Switch.

The Bradwell Conspiracy-Ecran titre
The Bradwell Conspiracy-Ecran titre

Immersion dans la Bradwell Family

Apocalyptique est le mot venant immédiatement à l’esprit, lorsque le héros reprend ses esprits, après une explosion au sein du musée Stonehenge. Et comble de malheur, il a perdu sa voix.

Après l'explosion
Après l’explosion

Alors se révèle dans l’urgence un didacticiel pour prendre en main les différentes fonctionnalités du jeu, ainsi que la découverte d’un complexe souterrain. Et ce dernier se révèle appartenir aussi à la compagnie Bradwell.

De l’art de bien communiquer

Enfin, il est utile de préciser que l’unique moyen de communication que vous avez est des lunettes permettant de communiquer avec une autre survivante confinée ailleurs. Or cette dernière vous guide d’après les photos que vous prenez de votre environnement immédiat.

The Bradwell Conspiracy-Un réveil un peu brutal
The Bradwell Conspiracy-Un réveil un peu brutal

Alors ne faites pas trop de photos à tort et à travers comme les touristes chinois lors de leur voyage à l’étranger.

Du gameplay et de l’impression 3D

Et si le jeu rappelle forcément un illustre prédécesseur de chez Valve en la série Half-Life, ce n’est que de loin.

Ainsi le personnage est épaulé par le Dr Amber RANDALL, cette dernière vous guidant dans le dédale du complexe souterrain masquant les expériences réalisées sous le musée de façade érigé par la Bradwell Company.

Une affiche
Une affiche

Au détour de ce périple, le héros découvre une matière qu’il peut récupérer et surtout utiliser avec une sorte de pistolet permettant l’impression 3D et de se sortir des impasses,

Ambiance, musiques et graphismes

Tout dans ce jeu respire l’ambiance, huis-clos et urgence de l’action au tout début. C’est plus dans la réflexion et la « jugeote » que cela se situe ensuite. Parfois on se heurte à des puzzles, le tout est bien amené, tout en n’étant jamais trop compliqué.

Souvent, l’IA du complexe interpelle et met le joueur dans une situation d’urgence. A contrario, le Dr RANDALL est très bien joué et l’on se prend à se lier d’amitié avec. Or il est vrai que c’est le dernier lien avec l’humanité que le héros a, coincé dans ce bunker souterrain.

Switch
Les différentes interfaces pour progresser

Niveau musique et son, c’est Austin Wintory qui est derrière la BO, alors on ne se plaint pas que cela soit lui qui est aux commandes.

Concernant les graphismes, ils sont assez low-poly ou du moins, l’esthétique est assez minimaliste donnant une vraie âme au jeu.
Enfin, plein d’affiches vous immergent dans un monde « totalitaire » sous des apparences sympathiques.

Un challenge se renouvelant en permanence

Alors de son côté simpliste, le gameplay ne l’est pas forcément, ainsi sur la Switch quelques défauts se révèlent.

Car si le jeu doit être assez intuitif avec une souris et un clavier, avec les sticks de la Switch cela est un peu moins simple ou précis par moment.

Switch
Les messages dans le jeu

Ainsi le plus dur est de lire les messages ou emails présents sur les PC que l’on arrive à consulter, le défilement étant très sensible. Or la narration et le scénario sont tous les deux très importants pour avancer dans le jeu. Et surtout ne pas louper une information importante.

Conclusion

Pour conclure sur The Bradwell Conspiracy, c’est un bon jeu, avec un duo : le héros et Amber RANDALL qui fonctionne à merveille. Doublé par un scénario bien mené, c’est dans les puzzles et la gestion des sticks que cela peut vous bloquer ou vous contenter.

Switch
Dans le complexe

Mais le jeu dans son ensemble est bon, même si ce n’est pas le jeu de l’année, il vous tiendra quelques bonnes heures en haleine. Et sa direction artistique, ainsi que la musique sont très bonnes. Alors plonger dans ce « meilleur des mondes » façon Bradwell.

The Bradwell Conspiracy est disponible à 9,99€ pour Switch, PS4 et sur Steam en ce moment, et sur Xbox One à 11,99 €.

The Bradwell Conspiracy

9,99 €
7.4

Graphisme

8.0/10

Son

8.0/10

(Re-)Jouabilité

7.0/10

Ergonomie

6.0/10

Scénario

8.0/10

Points positifs

  • Narration dans un univers style meilleur des mondes
  • Beaucoup d’humours et de second degré
  • Une interface avec beaucoup de possibilités
  • Des puzzles et énigmes qui font le job, mais pas insurmontables
  • Sans doute mieux sur un PC ou avec une souris en plus

Points négatifs

  • Mais cette interface est parfois un peu trop complexe
  • Des temps de chargement long
  • On loupe parfois une sauvegarde

Rédacteur (Spécialiste Jeux-Vidéo) - Jeune quarantenaire, j’ai vécu les débuts du jeu vidéo des années 70, le Super 8 et les disquettes 5’1/4. Bref un jeune geek avant l’heure, mais comme les autres compères du Café du Geek, je suis passionné des nouvelles technologies, de livres et de BD, ainsi que de demoscene. Mais comme disait K. Dick, la réalité n’est qu’un point de vue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *