[TEST] YotaPhone 2 – Ce fameux smartphone à deux écrans !

Si vous connaissez le YotaPhone alors vous n’avez pas besoin de lire cette introduction. Pour les autres, le YotaPhone est un téléphone russe de la marque Yota qui se différencie de tout ce que l’on a pu voir depuis un bout de temps dans le marché de la téléphonie grâce à ses deux écrans. Bien évidemment, l’un des écrans n’est pas le même, il se caractérise plutôt comme une alerte à la notification, enfin cela était l’unique possibilité sur le premier du nom car le constructeur en a décidé autrement pour son tout nouveau YotaPhone 2.

DSC_0631

Puisqu’il est différent des autres, il a bien fallu commencer sur des bases, comprenant des défauts, pour les arranger dans le second afin de donner aux utilisateurs une toute autre idée de l’utilisation du YotaPhone. Il faut dire que le pari de concevoir un téléphone haut de gamme avec un second écran à l’arrière pour se démarquer mais aussi avertir l’utilisateur de ses notifications était grand. Avec un second numéro plus grand, plus beau et plus attirant, on se retrouve pour le test du YotaPhone 2 !

 

Un design plus élégant

Ce YotaPhone 2 se distingue avec son épaisseur de 8,9mm, ce qui est relativement beaucoup à ce jour, même si nous comprenons l’intérêt de cet épaisseur pour l’écran e-ink. Pour un poids de 145 grammes, le smartphone est tout à fait acceptable, d’autant plus qu’il est étonnement massif en main, toutes les zones sont correctement utilisées.

DSC_0529

Contrairement à son prédécesseur, le YotaPhone 2 se renouvelle avec un écran plus grand et des bords arrondies, ce qui permet une meilleure prise en main.

DSC_0524

Avec un écran AMOLED Full HD 1920×1080 d’une taille de 5″, ce YotaPhone est dans la norme des smartphones à ce jour avec une qualité acceptable. Les couleurs ne sont pas agressives, la lecture est plaisante mais le blanc est cassé, presque jaune. Au fur et à mesure de son utilisation, cet écran n’est surement pas le plus impressionnant que j’ai utilisé mais il a parfaitement fait son travail et m’a permis de regarder des vidéos en 1080p et de filmer mes mésaventures quand il le fallait.

DSC_0587

Concernant le tactile, j’ai été impressionné par la qualité de celui-ci. Souvent, lorsque j’utilise un téléphone sous Android, je suis déçu par la qualité qui est à mon sens, loin de la perfection avec des décalages ou une mauvaise sensation. Sur le YotaPhone, j’ai pris beaucoup de plaisir à l’utiliser, il est vraiment précis pour les messages et même pour des jeux.

DSC_0550

L’aspect extérieur est de bonne qualité avec un plastique lisse sur les bords. Sur la face avant, on ne retrouve pas de bouton tactile, tout ce passe sur l’écran. Sinon, on retrouve le necessaire, l’appareil photo.

DSC_0503

Au dessus, uniquement la prise jack.

DSC_0517

En dessous, les haut-parleurs et le port micro-USB pour le recharger.

DSC_0511

Sur la droite, les boutons de volumes et le bouton on/off. A la bonne position pour ne pas gêner vos doigts.

DSC_0513

Enfin, à l’arrière on retrouve notre fameux second écran e-ink ainsi que l’appareil photo. Le nom du téléphone est inscrit tout en bas, au cas où vous ne vous souvenez plus du nom…

DSC_0573

Globalement, le YotaPhone 2 est bien meilleur face au premier du nom avec des courbes plus élégantes, une très bonne finition avec des matériaux de qualité. La prise en main est facile et rapide, l’écran est à la bonne taille pour ce type de smartphone et ses dimensions sont tout à fait acceptables. Les rebords incurvés sont très importants pour les deux écrans, ce qui permet d’inverser l’utilisation rapidement avec une très bonne ergonomie. Pour l’instant, c’est un quasi sans faute pour Yota avec un smartphone de qualité même si le design ressemble beaucoup à d’autres…

 

Des performances en deçà de nos attentes

Au cours de ces 2 semaines d’utilisation, je me suis rendu compte que le YotaPhone 2 ne s’était que très peu amélioré au niveau des performances. Avec des caractéristiques décevantes pour un téléphone de fin 2014, le YotaPhone n’est surement pas le plus performant et ne sera pas en haut du tableau. Par contre, il faut noter que l’appareil photo de 8MP dont il est équipé, est de très bonne qualité ! Il sera possible de filmer en 1080p à 30FPS, tout ça avec une qualité remarquable, digne des plus grands. Comme vous pouvez le voir sur les clichés ci-dessous, les couleurs sont fraîches, nettes et précises. D’autant plus que le focus est automatique et qu’il est rapidement fait. Il ne vous faut qu’une seconde pour prendre une photo, la stabilisation se fait immédiatement. L’appareil photo de 2MP à l’avant est également très bon avec une rapidité exemplaire, un capteur de luminosité qui fait son travail. Aucune latence est à noter lorsque vous bougez, la stabilisation est également parfaite.

YotaPhone (1) YotaPhone (2)

Pour ce qui est du son, le YotaPhone est dans les normes, son haut-parleur est puissant et de qualité mais les basses ne sont que très peu présentes. Sinon, en terme de connectivité, le smartphone se met au gout du jour avec la 4G, les dernières normes de WiFi, le Bluetooth 4.0 et le NFC. Il sera également possible de recharger le YotaPhone sur une base de chargement QI pour une recharge sans fil.

DSC_0593

Puisqu’un smartphone doit tenir au moins une journée entière, le YotaPhone 2 est équipé d’une batterie de 2500mAh, ce qui n’est que très peu en soit mais qui est largement suffisant si vous utilisez le mode YOTAENERGY. Ce fameux mode vous permettra d’être alerté uniquement sur l’écran e-ink qui ne consomme quasiment rien. Il s’occupe également de prendre un appel ou même de répondre à un SMS depuis ce dit écran ainsi que de couper le WiFi et des options inutiles. Avec cet option, il sera possible de garder son téléphone allumé pendant plus de 5 jours.

DSC_0633

Pour faire tourner toutes ces petites options, le YotaPhone 2 est équipé de :

  • Qualcomm Snapdragon 801 2,2 GHz quad-core
  • 2Go de RAM
  • 32Go de stockage

Le smartphone n’est malheureusement pas très performant, il est au niveau d’un milieu de gamme, ce qui n’est pas du tout acceptable par rapport à son prix. Voyez par vous même la note et la différence face à la concurrence :

Screenshot_2015-01-28-19-01-10 Screenshot_2015-01-28-19-01-18

Le YotaPhone tourne actuellement sous Android 4.4.3, ce qui veut dire que la version 4.4.4 n’est à ce jour toujours pas disponible et j’ai bien peur que Lollipop ne voit pas le jour sur celui-ci… Sinon on retrouve la base d’Android Open Source.

Screenshot_2015-01-28-00-43-42

Une intégration complète de l’écran e-Ink !

Ce qui fait la force de ce YotaPhone 2, c’est bien évidemment sont second écran qui se trouve à l’arrière de celui Full HD. Bien avant d’analyser la qualité de cet écran, on se rend compte qu’une fois en main, l’aspect arrière est lisse, doux comme ci une coque était présente, en bref on ne ressent pas du tout cette sensation d’écran. L’écran est de taille 4,7, ce qui est tout à fait acceptable; il prendra quasiment toute la place arrière. La technologie d’affichage à papier électronique est, comme le dit le nom, un affichage qui reproduit l’encre de nos bouquins ou journaux. Avec la technologie, on peut ainsi afficher plusieurs nuances de gris afin de montrer les détails sur une photo. D’autant plus que l’écran e-Ink est tactile et permet ainsi une navigation sur celui-ci, même s’il sera assez difficile de l’utiliser correctement car il n’est pas totalement précis dans les gestes. Il est également impossible de l’utiliser dans un lieu en basse luminosité, ne possédant pas de rétroéclairage.

DSC_0656

Si vous connaissez la tablette Kindle d’Amazon qui possède également un écran e-Ink alors vous saurez qu’il est possible de lire des livres sur ce genre d’écran tout en ne consommant que très peu de batterie. C’est ce qui fait la force de l’écran, la possibilité de l’utiliser beaucoup plus longtemps que sur un écran Full HD par exemple. Afin de gagner en consommation, vous basculez sur le second écran et pour cela, le YotaPhone 2 est très avantagé grâce à sa très bonne intégration de l’écran EPD. Le verre de l’écran Gorilla Glass 3 permet de vous protéger face aux rayures, par contre, rien ne protégera le “vrai” écran des rayures si vous le posez de l’autre sens et il me semble qu’il pourra facilement se rayer, à vérifier…En plus de pouvoir être averti lorsque vous recevez une notification (appel,SMS, interaction entre les applications), vous pouvez maintenant faire un tas de truc tout autant surprenant les uns que les autres.

DSC_0609

Commençons par le plus impressionnant pour ma part, la possibilité d’utiliser entièrement Android sur l’écran e-Ink. C’est à dire que vous pourrez avoir accès aux mêmes menus, applications etc… C’est vraiment bluffant de pouvoir utiliser le YotaPhone 2 des deux côtés même si l’écran peine un peu à rafraîchir les images, 2/3 images par seconde… Dans tout les cas, vous allez dans les réglages ou pour regarder vos contacts, c’est pratique et intelligent de la part de Yota.

DSC_0605

Bien évidemment, on ne retrouve pas une résolution de 1080p mais on se contentera tout de même d’une définition de 960×540 (qHD). Le tout est vraiment agréable à regarder, autant les photos que les “animations”. Pour donner une immense accessibilité ainsi qu’une utilisation à son second écran, Yota nous a fourni en possibilité et applications. Comme je vous le disais, vous pourrez lire n’importe quel fichier epub avec une autonomie de plus 100h !Il vous sera également possible de jouer avec des jeux préinstallés comme le jeu d’echec, de solitaire mais aussi 2048. Vu que le tactile est d’assez mauvaise qualité, ce sera difficile d’apprécier ces minutes de jeu mais en y prenant l’habitude…

DSC_0620

En appuyant longtemps sur le bouton d’accueil d’Android, il vous sera possible de prendre un screenshot afin que celui-ci reste à constamment à l’arrière, même quand il sera verrouillé. Mais vous avez aussi la possibilité de lancer YotaMirror, cette possibilité d’avoir Android sur l’autre écran.

YotaMirror

Vous pouvez essayer de répondre à un SMS avec l’écran EPD mais je vous souhaite bonne chance…

DSC_0624

Sinon, vous pouvez toujours prendre un selfie avec l’appareil photo de 8MP tout en voyant ce que vous prenez grâce à ce fameux écran et ça c’est vraiment formidable ! On pourrait même se poser la question, pourquoi avoir mis un appareil photo de 2 mégapixels ?

DSC_0602

Comme vous vous en doutez, cet e-Ink sert principalement à afficher vos notifications ou tout raccourcis pouvant vous faciliter la vie rapidement et sans utiliser de la batterie. Grâce à l’application YotaHub, il vous sera possible de gérer le nombre de panneau que vous désirez avoir (4 maximum) et quel widget positionner à tel endroit. Que ce soit suivre sa TL sur Twitter, lire l’heure, voir la météo ou afficher les notifications, il y a un tas de possibilité qui en fait un écran unique et pratique tout en économisant son autonomie.

Screenshot_2015-01-28-19-01-39 Screenshot_2015-01-28-19-01-52Screenshot_2015-01-28-19-02-04

 

Comme vous l’aurez surêment compris, le YotaPhone 2 ne s’adresse pas à tout le monde, ce second écran est de bonne qualité et tactile mais c’est un gadget, rien de plus. Au niveau des performances, il est vraiment décevant, surtout pour son prix, contrairement à sa finition qui est remarquable. On appréciera fortement la possibilité de garder une charge durant plus de 5 jours ainsi qu’un écran principal de très bonne qualité. L’appareil photo est aussi pratique qu’impressionnant et je ne regrette pas du tout l’ensemble du téléphone.
Le YotaPhone 2 est vendu à environ 700€ à la FNAC.

 

Pour le travail fourni et l’idée de Yota, je lui décerne un cappuccino doré !

capu

Rédacteur en chef - 23 ans. Diplôme en Marketing, Management et Communication. Je passe mon temps à lancer des projets. Sur le site, je dédie des heures aux rédacteurs pour apporter le nécessaire à la rédaction. Retrouvez moi sur LinkedIn ou Twitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.