Top 10 des Malwares qui infectent les ordinateurs dans le monde !

Les Malwares sont les programmes malveillants développés uniquement dans le but de nuire au système informatique. Ils se découpent en plusieurs catégories, cheval de Troie, botnet et bien d’autres. Bien souvent ils se font passer pour autre que ce qu’ils ne sont ou encore sont invisibles. Pour faire un résumé des Malwares les plus dangereux en France, c’est simple !

Voici donc les 10 Malwares les plus prolifiques du mois de Mars 2018 :

 

1 – Coinhive :

Ce cheval de Troie est conçu pour effectuer l’extraction en ligne d’une crypto-monnaie. Plus particulièrement le Monero, lorsqu’un internaute visite une page Web sans l’approbation de l’utilisateur. Le script java implanté utilise donc les ressources informatiques des utilisateurs finaux pour extraire de la monnaie cryptée.

2 – Roughted :

Campagne de publicité malveillante à grande échelle. Diffusée dans divers sites Web et charges embarquées malveillants. Les principales attaques sont au travers d’escroqueries, des logiciels publicitaires, des kits d’exploitation de vulnérabilité et les logiciels de rançon. Ainsi, toutes les plateformes et systèmes d’exploitation sont visés. Pour attaquer de la manière la plus efficace, le Malware utilise donc le contournement de bloqueur de publicité.

3 – Rig ek :

Ce kit d’exploitation a été créé en avril 2014. Il a, depuis, reçu plusieurs mises à jour importantes et continue d’être actif aujourd’hui. L’infection commence donc avec une redirection vers une page d’accueil contenant du code JavaScript qui vérifie les plug-ins vulnérables et libère le kit d’exploitation.

4 – Necurs :

Ce botnet est l’un des plus actifs au monde, et on estime qu’en 2016, il comptait environ 6 millions de bots. Il propage donc de nombreuses variantes de logiciels malveillants, principalement des chevaux de Troie bancaires et des ransomwares. Ces logiciels qui vous cryptent vos données en échange d’argent pour les débloquer, ce que nous avions déjà vu !

5 – Cryptoloot :

Ce malware utilise la puissance du processeur ou du GPU de la victime et les ressources existantes pour le crypto-mining – en ajoutant des transactions à la chaîne de blocage et en libérant de nouvelles devises. Similaire à Coinhive, ce programme est implanté sur des pages Web et utilise donc le pouvoir de traitement des internautes pour exploiter tous types de crypto-monnaies.

6 – Jsecoin :

Ce mineur JavaScript peut être intégré à n’importe quel site Web.  JSEcoin permet de lancer un mineur directement dans le moteur de recherche en échange d’une navigation Web sans publicité.

7 – Conficker :

Conficker est un ver informatique qui cible le système d’exploitation Windows. Il exploite donc les vulnérabilités de l’OS pour voler des données telles que des mots de passe. Ainsi, il prend le contrôle des ordinateurs touchés, les transformant en « zombie ». Les ordinateurs contrôlés forment alors un réseau, utile aux hackers.

8 – Fireball :

Fireball est un logiciel publicitaire largement distribué par la société chinoise de marketing numérique Rafotech. C’est un détourneur de navigateur qui change le moteur de recherche par défaut et installe des pixels de suivi, mais qui peut aussi servir à télécharger des logiciels malveillants.

9 – Dyreza :

Ce cheval de Troie attaque donc les utilisateurs des sites bancaires en interceptant le trafic web non chiffré.

10 –XWRig :

Apparu pour la première fois en 2017, XMRig est un logiciel d’exploitation de CPU open-source utilisé pour extraire des crypto-monnaies Monero.

Etudiant en dernière année de BTS informatique, passionné par la musique, les séries/films et les jeux vidéos et le hardware. Je suis souvent en déplacement pour LCDG.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *