ActuBuzz et Clair

Google Maps : un faux embouteillage créé avec 99 téléphones !

Dans le cadre d’une performance, un artiste berlinois, Simon Weckert, s’est joué du service Google Maps. À pied, avec l’aide d’une charrette remplie de 99 smartphones connectés au service cartographique de Google, Simon Weckert a réussi à créer un embouteillage virtuel… À cause de cette affluence inhabituelle dans une rue berlinoise, le service cartographique de Google a automatiquement redirigé les conducteurs sur un trajet moins saturé virtuellement. Une performance qui rentre dans le cadre d’un projet artistique, que l’artiste explique dans une vidéo publiée sur Youtube.

Comprendre le fonctionnement de Google Maps

Pour fonctionner et afficher la densité de circulation en temps réel, Google Maps calcule le nombre de téléphones présents sur la route à un instant précis. À l’aide de ces informations, l’application peut juger en direct de l’affluence sur un tronçon routier. Autrement dit, c’est avec la géolocalisation permanente des téléphones que Google Maps peut constamment avoir un aperçu du trafic. Avec la même technologie, il trouve également l’itinéraire le plus rapide au regard de l’affluence.

Simon Weckert a souhaité montrer qu’il était possible de tromper les services de géolocalisation de Google. « 99 smartphones sont transportés dans une charrette à bras pour générer des embouteillages virtuels dans Google Maps » a-t-il simplement expliqué sur son site Internet.

Montrer l’impact du virtuel sur le physique

Pour l’artiste berlinois, cette expérience montre qu’il est possible de « faire virer au rouge une rue verte« . Pour autant, cette rue qui était bouchée virtuellement restait totalement accessible d’un point de vue physique. Cela n’a pas empêché le service cartographique de rediriger les utilisateurs pour éviter ce trajet. Pour lui, ces services apportent « des modifications virtuelles à la vraie ville« . Autrement dit, avec un usage inhabituel de Google Maps, il a créé un « décalage » entre un espace physique et un espace virtuel qui sont pourtant liés en temps normal.

D’autres performances similaires avaient déjà vu le jour. En 2014 déjà, un groupe d’étudiants israéliens avaient généré de faux embouteilles sur l’application Waze. Un projet scolaire, qui était tout de même remonté aux éditeurs de l’application Waze.

Pour conclure, Simon Weckert explique que son montage peut fonctionner partout et permettre de désengorger certaines rues. Peut-être que, après tout, tous les embouteillages sur Google Maps ne sont que des supercheries créées de toute pièce par des conducteurs voulant rouler tranquillement…

Tags

Clément

Rédacteur & Testeur Produits santé et sports connectés. Étudiant en Master Humanités Digitales, je suis passionné de sport et de nouvelles technologies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer