[NEWS] GrooveShark ferme ses portes … mais pas pour longtemps !

GrooveShark, le service de musique en libre accès ferme malheureusement ses portes et laisse derrière lui plus de 35 millions d’utilisateurs. Toute cette histoire commence en 2007, date où le site ouvre ses portes grâce à trois étudiants : Josh Greenberg, Andrés Barreto et Sam Tarantino. Petit à petit, les employés de la plateforme ont uploadés des chansons pour agrandir la bibliothèque à laquelle les utilisateurs ont accès. Puis ce sont les utilisateurs qui ont partagés leurs chansons préférées avec le reste de la communauté. Dans ces meilleurs temps, le site enregistra des pics des visites atteignant les 35 millions d’utilisateurs par an ! Cependant cette belle utopie ne durera pas.

Grooveshark-Shut-Down

En 2011, GrooveShark essuie un premier procès contre la RIAA ( Recording Industry Association of America) et perd ce dernier. Résultat, Google retire l’application de son store.
En 2013, le site est intégré à « la liste noire » et n’apparaît donc plus en suggestion lors des recherches, considéré comme un site pirate.
Septembre 2014, Grooveshark a été condamné par le tribunal fédéral de New-York pour violation du droit d’auteur. En effet, 5977 morceaux musicaux ont été ajoutés par des employés de Grooveshark, à l’aide de faux comptes, ce qui enfreint le principe de «safe harbor» (shère de sécurité) du Digital Millennium Copyright Act.
Finalement, jeudi dernier, le site ferme définitivement ses portes, suite à la plainte d’une maison de disque.
safeharbor_commission_européenne_quittez_facebook
En tout et pour tout, une peine allant jusqu’à 150 000 dollars par morceau sur lequel une infraction avait été constatée, soit au total des dommages estimés à 736 millions de dollars ! Ne pouvant faire face à une telle amende, les créateurs n’ont eu d’autres choix que de fermer leur site, et ils l’expliquent sur leur page d’accueil. « C’était mal. Nous présentons nos excuses. Sans réserve » […] « Dans le cadre d’une transaction amiable avec les plus grandes maisons de disques, nous avons accepté de cesser immédiatement nos opérations, d’effacer toutes les œuvres en stock couvertes par des droits d’auteur et de renoncer à la propriété du site, de nos applications mobiles et de notre propriété intellectuelle, y compris nos brevets et droits d’auteur ».
879030-asdasd-1430464973-645-640x480
Cependant, tapis dans l’ombre, un nouveau site prend la relève et avec lui, l’héritage musical de GrooveShark, abordant fièrement des couleurs connues, il veut vivre la mémoire de son défunt prédecesseur. Ne voulant pas faire durer le suspens plus longtemps, ce nouveau fils se nomme GrooveShark.io ! Bien sur, il ne peut reprendre toutes les fonctionnalités du site original mais se contente de ce que veulent les internautes, un accès libre à toutes les musiques présentes sur le site (même celle qui ont de nombreux copyrights et ont forcés le site à fermer). Si la nouvelle précédente vous a attristée, sachez que vous pourrez retrouver vos marques sur GrooveSark.io, son clone mais surtout fils spirituel créé par « Shark ». Il a commencé à sauvergarder les musiques du site lorsqu’il a suspecté que GrooveShark allait bientôt fermer. Il affirme avoir réussi à collecter plus de 90% des données présentes sur le site, et avec une équipe qu’il a formé, veux « rendre vie à GrooveShark », ce qui signifie lui rendre les onglets « Favoris » « Playlists ». Mais même en récupérant 90% des données, on ne peut pas mettre en ligne un site d’une telle envergure en si peu de temps, et selon certaines sources GrooveShark.io ne serait qu’un « relookage » du site mp3juices.se …

Sans titre

De plus, ce site n’est pas exactement comme l’original : si GrooveShark permettait aux utilisateurs de partager leurs musique avec la communauté, son clone lui se contente d’être un guide vers la musique. C’est à dire que le site n’héberge aucune musique et vous dirige vers une musique se trouvant ailleurs. Mais pas sur le site. Ainsi il espère éviter les problèmes de feu GrooveShark.com.

20 ans, féru de jeux-vidéos ainsi que de la pop culture japonaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.