Jeux vidéoTest

Test – PC – Crying Suns : une pépite dans l’empire inter-galactique

Publicité

Alors Crying Suns est le dernier titre sorti par le studio français Alt Shift et édité par Humble Bundle. Pour rappel, nous en avions déjà parlé lors du test d’une preview qui nous avait bien emballés.

Crying Suns-un des superbes écrans de chargement du jeu
Crying Suns-un des superbes écrans de chargement du jeu

Qu’en est-il vraiment en version définitive ?

Une version améliorée et un scénario béton

Tout d’abord, il convient de rappeler que le jeu est suivi par le studio et que des mises à jour régulières l’améliorent. Hormis les bugs, c’est aussi au niveau de l’amélioration du jeu et de son équilibrage que les développeurs le peaufinent. Comme cela donne de la re-jouabilité, ce n’est pas négligeable et il est bon de le souligner.

Amélioration de votre vaisseau
Amélioration de votre vaisseau

Autre pan de ce jeu, son scénario dont on ne peut rien dire, car chaque partie est une découverte de tout un univers. Cela se déguste comme une madeleine de Proust et ne laisse aucun arrière-goût.

Publicité

Ici aussi, le studio français fidélise ses joueurs.

Une direction artistique et des graphismes au style pixel art accrocheur    

Comme dit dans le test de la preview, la direction artistique et les graphismes sont toujours aussi superbes et le pixel art est à tomber. De plus, des effets entre chaque saut entre zones sont du plus bel effet et donne un petit plus, car on a hâte d’effectuer le prochain saut.

Voyage dans l'hyperespace, esprit demoscene
Voyage dans l’hyperespace, esprit demoscene

Enfin les planètes, vaisseaux et autres structures et même les aliens sont dans le concept art. Ainsi, le tout à une très grande cohérence et rajoute encore pour s’immerger dans cet univers post-Empire galactique.

Pour finir, il y a même un artbook qui était prévu pour les backers qui le voulaient et ce dernier se justifie, car le boulot de Frédéric Lopez, le directeur artistique du jeu, et des graphistes méritent le détour.

Une bande-son de toute beauté 

Alors là, on a aussi une perle au niveau de la musique avec une bande-son qui plonge le joueur dans l’espace sidéral de Crying Suns. Cet OST est l’œuvre d’Aymeric Schwartz et est disponible sur Bandcamp au prix très doux de 4,99 €.

Et l’on a l’intégralité des 17 morceaux présents dans le jeu, ces derniers donnant une idée de l’atmosphère Space Opera alternant entre ambiant et électro.

Le Neon-N, le carburant du jeu
Le Neon-N, le carburant du jeu

De plus, les bruitages participent aussi au plaisir du joueur, car durant les batailles ou les expéditions, il y a toujours des petits sons qui rappellent l’histoire qui se déroule. Ainsi, si les commandos d’une expédition sont piégés, alors il y a des tirs et un rapport concernant vos pertes apparaît.

Des batailles épiques, des expéditions et des boss pas si simples      

Concernant les batailles, cela agrémente le jeu sur pas mal d’exploration de zones et l’aspect stratégique est assez simple avec des tactiques rapides à mettre en place.

Publicité
Un vaisseau de guerre ennemi de moins
Un vaisseau de guerre ennemi de moins

Quant aux expéditions, cela tient du choix tactique du meilleur héros pour commander les missions, récolter des ressources et perdre le moins de commandos.

Une expédition
Une expédition

Enfin, les combats contre les Boss et leurs flottes spatiales ne sont pas si simples. Et la sanction est des plus simples, il faut refaire tout le niveau que vous avez exploré.

Des petits plus qui font encore plus plaisir      

Lorsque le jeu commence, on sélectionne le seul vaisseau à disposition et on choisit deux officiers. Lors du début de nouveaux chapitres, on débloque un vaisseau et soit on le choisit, soit on repart sur notre vieux navire spatial.

Amélioration de votre vaisseau
Amélioration de votre vaisseau

Mais le plus important est la connaissance des vaisseaux et de leur amélioration possible pour creuser le jeu en profondeur.

Crying Suns-Nouvel officier
Crying Suns-Nouvel officier

Du côté des officiers, le choix est crucial, car lors d’une expédition, cela permet de n’avoir aucune perte tout en récoltant tous les matériaux ou le contraire selon les caractéristiques.

Enfin, dans le jeu, on peut débloquer des officiers spéciaux et on les aura lors des prochaines parties dans la sélection de notre équipe.

Crying Suns : Conclusion      

Pour conclure, Crying Suns est un très bon jeu ayant une bonne durée de vie (au moins 30 heures pour parcourir l’histoire complète). De plus, l’ensemble est cohérent et superbe au niveau des graphismes, de l’univers, de la musique et des découvertes qui se succèdent.

Vous êtes mort, on recommence
Vous êtes mort, on recommence

Bref, une production française qui mérite votre attention et pour moi, un des jeux de 2019. Et cerise sur le gâteau, il y a de belles mises à jour qui vont bientôt arriver pour de nouveau y rejouer.

Le jeu est disponible sur les stores Steam et Humble Bundle.

Crying Suns

15,74€
8.8

Graphisme

9.0/10

Son

8.0/10

(Re-)Jouabilité

8.5/10

Ergonomie

9.0/10

Scénario

9.5/10

Points positifs

  • Un pixel art superbe et spatial
  • Une bande son immersive
  • Un scénario béton et durable
  • Des mises à jour régulières et améliorant le jeu
  • Un gameplay aux petits oignons
  • Des combats spatiaux tactiques
  • Des officiers spéciaux déblocables

Points négatifs

  • Pour ma part, il n'y en a pas
Publicité
Tags
Alt Shift Ambian-électro Aymeric Schwartz combat tactique Crying Suns Frédéric Lopez Humble Bundle Rogue-lite Space Opera Steam

Jean-François

Rédacteur (Spécialiste Jeux-Vidéo) - Jeune quarantenaire, j’ai vécu les débuts du jeu vidéo des années 70, le Super 8 et les disquettes 5’1/4. Bref un jeune geek avant l’heure, mais comme les autres compères du Café du Geek, je suis passionné des nouvelles technologies, de livres et de BD, ainsi que de demoscene. Mais comme disait K. Dick, la réalité n’est qu’un point de vue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page