TestTV / Video

Test – DJI Mini 2 : le drone compact de référence

Presque un an après avoir présenté le Mavic Mini, DJI revient avec un Mini 2 qui corrige ses plus gros défauts. À présent, le drone proposé est plus vif, plus performant et pèse toujours moins de 250g. Est-il fait pour vous ?Réponse dans ce test !

Présentation

Depuis quelques années, DJI a su construire des gammes complètes et pertinentes destinées aussi bien aux professionnels qu’au grand public. Le constructeur semble simplifier ses gammes et renomme son nouveau drone en Mini 2, en oubliant le terme « Mavic ». Ce sera sûrement également le cas pour le futur drone de la gamme Air, comme nous vous en parlions dans cet article.

Test - DJI Mini 2 : le drone compact de référence

Aujourd’hui, nous nous attardons sur la gamme Mavic, qui vient d’accueillir la nouvelle version du Mini, ce petit drone sous la barre des 250 grammes qui représente l’entrée de gamme de la marque. Vous allez voir que ce terme n’a rien de péjoratif ici puisque le DJI Mini 2 se vante de filmer en 4K. Il possède une meilleure transmission que son prédécesseur, grâce à la technologie OcuSync 2.0. L’autonomie annoncée est de 31 minutes, ce qui est assez bluffant. Ce petit drone sera proposé au prix de 459€ en version standard, et 599 avec le pack Fly More Combo. Ce dernier ajoute 2 batteries, 1 station de recharge et 1 sacoche de transport. Idéal pour voyager !

Prise en main du Mini 2

Un drone minuscule

Plié, le drone impressionne par sa petite taille. Ses 13,8 centimètres de longueur et 8,1 centimètres de largeur sont ridicules, si bien qu’on peut facilement le cacher derrière sa main. On peut le comparer à coté d’un iPhone 11 Pro Max, il fait tout petit ! Une fois les quatre pattes et les hélices dépliées, le Mini 2 atteint une envergure de 15,9 centimètres x 20,3 centimètres. Il faut le prendre en main pour le croire : ce drone est minuscule. Le transport sera donc des plus aisés. Malgré son poids plume, le plastique utilisé et les finitions du produit inspirent confiance, à l’image des bras pliants qui proposent une manipulation très aisée et naturelle.

La batterie se positionne derrière un capot à l’arrière de l’appareil. On retrouve, juste en dessous de cette trappe, l’emplacement microSD et le port de recharge. Attention, le drone n’embarque aucun stockage interne, pensez donc à votre carte microSD ! Enfin, cette année, l’USB-C est à l’honneur et remplace le vieux port micro-USB de la première version.

249g : un réel atout

En parlant de son poids, celui-ci est de 249g. La réglementation de certains pays (dont les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni et l’Australie) considère que les drones pesant moins de 250 grammes causent moins de dommage en cas de chute ou de collision qu’un drone plus lourd. Cela évite par exemple aux utilisateurs de devoir s’enregistrer en tant que pilote et de passer des formations. Aujourd’hui en France, cela ne fait pas de différence, mais la nouvelle législation européenne va entrer en vigueur en 2023. Le drone se placera ainsi en catégorie A1 : la moins contraignante. Pour plus de précisions, on vous invite à lire notre dossier dédié.

Il sera cependant nécessaire de s’enregistrer en tant qu’exploitant d’UAS (sur AlphaTango) et d’apposer son numéro d’exploitant sur son Mini 2.

Radiocommande : plus imposante que le drone !

Cette nouvelle télécommande reproduit le design et les fonctionnalités du contrôleur du Mavic Air 2. Cette mise à niveau est logique pour de nombreuses raisons : elle est plus facile à tenir en main. De plus, le smartphone se place au-dessus de la radiocommande, ce qui rend la visualisation de l’écran beaucoup plus pratique.

Ce dernier s’insère dans une pince — qui intègre les antennes — sur le dessus de la radiocommande et vient se brancher avec un petit câble judicieusement rangé dans sa tranche et interchangeable selon la connectique nécessaire au smartphone (Lightning, USB-C ou micro-USB). Les joysticks dévissables se rangent dans la partie inférieure de la télécommande : idéal pour le transport.

Test - DJI Mini 2 : le drone compact de référence

L’avant de la télécommande contient un bouton “Retour à la maison” dans la zone centrale gauche.
Au centre se trouve un interrupteur qui vous permet de naviguer entre trois modes de vol : Cine, qui bride le drone à 20 km/h pour les images de type cinématographique, Normal (35 km/h), et Sport qui vous permet de voler jusqu’à 58 km/h.
À droite, vous trouverez le bouton Power. Une disposition et un design simple d’utilisation qui vous donne un accès instantané aux commandes nécessaires.
Un bouton Fn (Fonction) dans le coin supérieur gauche active une lumière auxiliaire. En haut à droite se trouve le bouton Photo/Vidéo qui vous permet de basculer instantanément entre les deux modes. Un bouton raccourci situé dans le coin supérieur gauche vous permet de faire basculer la caméra d’un position haute à basse tandis que le coin supérieur droit contient un bouton d’obturation pour prendre des photos ou enregistrer des clips vidéo. 

Vol : aussi intuitif que plaisant

La connexion entre le drone et la radiocommande se fait quasi instantanément et on obtient tout aussi vite le retour vidéo sur l’écran du smartphone. En mode de décollage automatique, le Mini 2 décolle seul et se stabilise à environ 1,50 m au-dessus du sol : il garde parfaitement sa position si l’on ne touche à rien. C’est très agréable, et le drone ne bouge pas d’un poil, même avec un peu de vent. Attention toutefois à l’environnement du drone, puisqu’aucun capteur d’obstacles n’est là en sécurité. DJI propose cependant en option des protections d’hélices qui font tout le tour de l’appareil.

Mavic Mini 2

Il reste assez audible quand on se trouve à moins de 10 m de lui, sans toutefois émettre un bruit assourdissant. Au-delà de 30 ou 40 m, il n’est plus trop dérangeant, bien qu’on l’entende encore distinctement. Au-delà de 50 m, il faut cette fois tendre l’oreille pour percevoir son petit bruit aigu.

Vitesse et portée

Le passage à des moteurs un peu plus puissants se traduit par un gain de stabilité lorsque le vent se met à souffler, mais il faut toujours rester prudent puisque le Mini 2 ne résiste officiellement qu’à des vents allant jusqu’à 28 km/h. Au-delà, le risque de dérive est important et l’appareil nous indique que le mode de retour automatique au point de départ (RTH, pour « return to home« ) n’est plus disponible. Le Mini 2 peut sinon voler jusqu’à 36 km/h en mode « normal » et jusqu’à 58 km/h en mode sport. Pratique pour se rendre rapidement au plus près du lieu de tournage repéré.

Ce gain en vitesse est appréciable dans la mesure où le drone peut résister à des grosses rafales de vent. C’est assez impressionnant compte tenu de la légèreté de l’engin. la portée de la liaison entre le drone et sa radiocommande a sensiblement augmenté. De quoi, en théorie, voler jusqu’à 6 km, voire 10 km dans les pays qui autorisent une telle distance. Dans la pratique, on pourra sans problème dépasser le kilomètre de distance et potentiellement atteindre les 2 km dans un environnement dégagé. Il faut cependant garder à l’esprit qu’en France la réglementation impose de garder en permanence le drone en vision directe, ce qui limite forcément le périmètre de vol.

Malheureusement, le Mini 2 ne dispose pas de capteurs d’obstacles, pas même à l’avant, ce qui peut poser quelques problèmes si, malgré l’obligation de garder le drone en vue, on décidait malencontreusement de passer sous ou derrière un obstacle un peu haut.

Fonctions supplémentaires

Le DJI Mini 2 est doté de la fonction Return To Home. Celle-ci peut se déclencher de trois façons :

  • Lorsque vous la demandez via le bouton RTH sur la radiocommande
  • Dès qu’une déconnexion de plus de 11 secondes survient
  • En cas de batterie faible

C’est une fonctionnalité essentielle qui garantit la sécurité du drone. Attention toutefois à régler son altitude minimale assez haut. En effet, le drone n’étant pas pourvu de capteurs de collision, vous pourriez avoir des mésaventures.

Mavic Mini 2

Nous l’avons testé en fin de batterie : le drone revient calmement mais sûrement à son point de départ.

On peut également regretter que le Mini 2 ne dispose pas de la fonction Active Track de ses aînés. Le maintien du cadrage sur un sujet sélectionné n’est ainsi pas possible. Dans le même esprit, il faut faire une croix sur la fonction Follow Me qui autoriserait le drone à se déplacer seul en suivant son sujet. Rien ne semblait pourtant bloquer sur le plan technique. D’ailleurs, les fameux modes de prises de vues « QuickShots » profitent bel et bien de quelques bribes de ces technologies qui permettent au Mini 2 de garder son sujet au centre du cadre tout en réalisant des trajectoires automatiques. Il fallait bien réserver quelques avantages pour le Mavic Air 2…

Image : un drone de loisir, vraiment ?

Vidéo : filmez jusqu’en 4K

Le Mini 2 peut capturer des vidéos jusqu’en 4K à 30fps, sur un bitrate de 100Mb/s et sous un codec en H.264. Plutôt impressionnant pour un drone tenant dans la main. Toutes les résolutions ont été testées indépendamment, et regroupées sous un format 1080p@30fps pour la publication. Ici, pas de profils de couleurs ou de modes particuliers.

le Mini 2 s’équipe d’une caméra couvrant un angle de 83° à focale de 24 mm f/2,8 en équivalent 35 mm. La 4K est présente, à 24 et 30 images par seconde (3840 x 2160 pixels). Bien entendu, la caméra offre également la 2.7K aux mêmes fréquences. La FullHD 1080p permettra d’obtenir une vidéo plus fluide, à 60 images par secondes. Le débit maximal de 100 Mb/s permet un traitement optimal et fluide des vidéos.

Nous avons réalisé quelques séquences vidéos que vous pouvez retrouver ci-dessous :

Les captures en 1080p ne souffrent d’aucune imperfection, toutes cadences confondues et même à vitesse rapide. Les vidéos sont fluides. Le piqué est bon et les couleurs sont riches. La 2,7k donne un meilleur piqué très perceptible, sans perturber la fluidité, surtout en 30fps. On atteint le sommet de la netteté en passant en 4K. Mais la fluidité est tout de suite impactée. 

Photo : capturez vos meilleurs souvenirs

Pour la partie photo, le Mini 2 propose le JPEG et le RAW. En mode auto, les photos sont belles, avec une très bonne netteté et une excellente plage dynamique. Les couleurs des JPEGs sont légèrement plus éclatantes que naturelles, ce qui se vérifie en comparant avec les photos brutes. Celles-ci raviront les créatifs adeptes du post-traitement. La stabilisation est excellente : les clichés ne sont jamais flous, même à grande vitesse.

Test - DJI Mini 2 : le drone compact de référence

Fonctions QuickShots

Les QuickShots sont des modes automatiques réalisent des mouvements prédéfinis et permettent de profiter de jolis plans qui demandent de l’expérience avant d’être maîtrisés manuellement. Chaque mouvement peut être légèrement paramétré (distance maximale, rayon maximal) et demande d’encadrer un sujet sur l’application (une personne, un élément du paysage) qui sera alors centré par le drone lors de ses mouvements. Une fois terminé, le drone revient automatiquement au point de départ. Le processus est indiqué clairement sur l’écran sous la forme d’un pourcentage de réalisation, et il est possible à tout moment de stopper la manœuvre. Mais attention : si vous ne vous êtes pas assuré d’avoir assez d’espace avant de lancer le QuickShot, le Mini 2 se fracassera sans hésitation dans un arbre ou tout autre élément du décor.

Les différents QuickShots proposés sont : « Dronie », « Spirale », « Fusée », « Cercle » et « Boomerang ».

Autonomie

DJI avance une durée de vol maximale de 31 minutes. Ce chiffre théorique pourra être atteint en présence d’excellentes conditions (sans vent), mais surtout en ignorant le RTH et les bips sonores incessants qui s’activent dès que le drone estime qu’il est temps de rentrer — il reste en général 10 % à 15 % de batterie. Dans les faits, et après une dizaine de vols, nous avons atteint une autonomie moyenne de 24 minutes.

La batterie de 2250 mAh se recharge en 1 heure et 10 minutes. Notez qu’elle doit être insérée dans le drone pour être rechargée. Quant à la radiocommande, elle possède une batterie de 5 200 mAh. Après une dizaine de vols, nous avions encore 20 % de batterie restante : soit plus de 4 heures d’utilisation. Bon à savoir : les batteries du Mini première génération sont compatibles avec le Mini 2, mais pas l’inverse.

Test - DJI Mini 2 : le drone compact de référence

Pour la recharge, comptez une bonne heure et quart avec le chargeur 18 W fourni. Bien que l’on ne puisse recharger la batterie sans qu’elle soit insérée dans l’appareil, faute de connecteur USB-C sur celle-ci, on apprécie de pouvoir la recharger via le drone avec une simple batterie externe. Ceux qui désirent pouvoir voler plus longtemps peuvent acquérir d’autres batteries et un chargeur 3 batteries spécifique, que DJI inclut dans le pack Fly More Combo (599 €), comprenant 3 batteries au total, des hélices de rechange et surtout une sacoche de transport plutôt pratique.

Application DJI Fly

L’application DJI Fly a été pensée pour les débutants. Pas de superflu pour cette application de contrôle, le retour vidéo du drone occupe près de 80% de l’écran pour vous concentrer sur l’essentiel. Les paramètres de base tels que l’intensité du signal, le mode de vol, l’altitude, la distance et le niveau de batterie sont indiqués pendant le vol, avec ces informations vous avez toujours le parfait contrôle de votre drone. 

Application DJI Fly

Elle est facile d’utilisation, propose un mode pour les débutants et est parfaitement stable sur un iPhone 11 Pro Max. Bien entendu, les modes de vol, ainsi que les modes de prises de vue sont accessibles facilement afin de régler les paramètres de la caméra en un geste.

Conclusion : est-il fait pour vous ?

Le Mavic Mini 2 est un excellent drone pour les débutants ou les dronistes à la recherche de portabilité extrême. Il vous permettra de vous faire la main, tout en évoluant sans être bloqué par la suite !

Mavic Mini 2

Le DJI Mini 2 se destine plus aux débutants qu’aux pilotes confirmés qui préfèreront sans doute un drone équipé d’un capteur plus grand et de fonctions de tracking. Il n’empêche que ce DJI Mini 2 se positionne parfaitement après le DJI Mavic Air 2 sans pour autant tomber dans l’entrée de gamme grand public. Il sera tout à fait possible de faire des très belles images avec ce DJI Mini 2.


Retrouvez le DJI Mini 2 sur Amazon :

Produit disponible sur

DJI Mini 2 - Ultraléger et Pliable Drone Quadcopter, 3 Axes Gimbal avec Caméra 4K, Photo 12MP, 31 Minutes de Vol, OcuSync 2.0 HD Transmission Vidéo, Mavic Mini, QuickShots avec DJI Fly App

418,33 €
Voir l'offre

DJI Mini 2

459 €
8.5

Prise en main

8.0/10

Manette

8.0/10

Vol

10.0/10

Qualité d'image

9.0/10

Autonomie

9.0/10

Application

7.0/10

Points positifs

  • La compacité
  • Le pilotage très simple et intuitif
  • La transmission OccuSync 2.0
  • L'autonomie

Points négatifs

  • L'absence de capteurs d'obstacles
  • L'absence de modes de suivi
Tags
dji drone Test

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page